Aassmaa Akhannouch : La Maison qui m’habite encore

Le Prix HSBC pour la Photographie accompagne chaque années 2 photographes lauréats, n’ayant jamais publié d’ouvrage monographique, dans la production d’une exposition itinérante accompagnée d’une aide à la production ; préface de Sylvie Hugues.

Lire la suite

30,00

En stock (peut être commandé)

Le Prix HSBC pour la Photographie accompagne chaque années 2 photographes lauréats, n’ayant jamais publié d’ouvrage monographique, dans la production d’une exposition itinérante accompagnée d’une aide à la production ; préface de Sylvie Hugues.

“Mes parents sont maintenant tous les deux décédés.
Enfant, j’habitais une maison rouge. La « maison rouge » était mon adresse, c’était la maison adorée de ma mère.
Fermée pendant 30 ans j’ai dû y aller avec ma sœur pour la vider en raison de sa vente imminente.
La maison contient encore quelques meubles, trois pruniers, quatre orangers et toute mon enfance.
Je me promène dans le jardin, il n’est pas aussi grand que dans mes souvenirs… C’est la veille de la fête, ça sera probablement poulet aux olives demain… Ma mère prépare des cornes de gazelles, dans la cour devant la cuisine… C’est l’été et l’immense fenêtre du séjour est grande ouverte.
Je m’approche, mon père et ma sœur sont tous les deux derrière un livre. Il y a des livres partout, mais le soir, on ne me lisait pas des histoires pour enfants, on me les racontait, c’est qu’il y a très longtemps les choses les plus extraordinaires pouvaient encore arriver…
C’est la fête demain. J’aurai un ruban dans ma natte, je ne jouerai pas trop le matin pour ne pas abîmer mes chaussures, mais l’après-midi, j’aurai oublié qu’ils étaient neufs… Je regarderai ma mère se coiffer devant son miroir, peut-être qu’elle portera son caftan bleu pâle…
Je ne veux pas que cette maison soit vendue, je veux la garder en cette veille de fête, en cet été éternel, engloutie, endormie, car elle n’a jamais cessé d’être mon adresse. Les images de la série sont des prises de vue dans ma maison d’enfance, mais aussi des mises en scènes qui évoque mon enfance dans cette maison… Les tirages sont des cyanotypes virés et rehaussés à l’aquarelle, tous réalisés par moi-même. – Aassmaa Akhannouch

Mon travail photographique se déploie autour de l’exploration du souvenir. À travers mes images, et une attention particulière au tirage, je raconte des histoires, des fragments de mémoire ouverts aux associations et émotions du spectateur. Au-delà de l’intention de documenter le passé, je tente plutôt de révéler des émotions qui demeurent en moi. Du passé, j’essaie d’extraire une empreinte intime, lyrique et intemporelle.

J’ai exposé au Maroc et en France et suis représentée par la Galerie127, Marrakech, Maroc.

Poids 600 g
Dimensions 19.5 × 24.5 cm
Date d'édition

Editeur

Photographe

Spécifité

Ville

ISBN 9782365112918
Langue(s) français, anglais
Nombre de pages 101
Reliure Relié