Carolle Bénitah : Jamais je ne t’oublierai

68,00

1ère édition tirée à 1 000 exemplaires.

« j’ai réalisé, en travaillant sur mes archives personnelles, qu’il existait très peu d’images de mes parents avant leur mariage, un désert iconographique expliqué par le fait qu’ils sont nés dans les années 1930 dans un Maroc encore sans eau courante, ni éléctricité. Les rares photographies détenues par ma grand-mère étaient verrouillées à double tour pour ne pas évoquer le drame causé par la perte accidentelle d’un de ses fils. Une chape de silence avait frappé d’interdit cette vie antérieure. Je me suis retrouvée orpheline d’images du passé.
Je collecitonne les photographies anonymes que j’achète dans les brocantes. Je suis aimantée par ce bonheur qui s’affiche au garde-à-vous sur ces photos, par ces gens que je ne connais pas et qui ont existé, aimé et disparu. Ils sont des fantômes qui me suivent sans bruit et je me les appropire pour construire un album de famille imaginaire afin de réparer l’oubli.
Je reconstruits la mémoire de ma famille qui m’a manqué, je m’en invente une autre sur mesure où je ressuscite tous les ascendants qui ont disparu, les territoires que je n’ai pas connus et qui m’ont été vantés.
Ces rebuts, cédés pour quelques euros sur le bord du trottoir parce que les héritiers n’en veulent plus, changent de statut par un geste, l’application de la feuille d’or sur la photographie. En masquant une partie de l’image, et plus spécifiquement les visages de ces fantômes, je décuple les projections possibles. L’or est un métal inoxydable. L’à-plat doré opère à la fois comme une oblitération et une surface brillante sur laquelle se réfléchissent nos propres visages.

Je choisis des photographies qui évoquent quelque chose de déjà-vu, une pose familière, des moments heureux qui illustrent toutes ces fables racontées sur les ancêtres. Ce bonheur ritualisé au fil des évènements renvoie aux mensonges sur le mythe familial. Il évacue la matière noire liée à la famille, justement absente de ces photographies-là.

Afin de démentir ce bonheur idéal, je note au bas des photographies de cet album imaginaire, des souvenirs personnels et douloureux qui parlent de difficulté à se construire une vie heureuse « comme sur les photos ».
Je tape ces souvenirs sur un clavier dont des touches sont inopérantes à cause d’un café que j’y ai accidentellement renversé, tout comme Höderlin qui a volontairement enlevé certaines cordes de son piano et joue sans savoir lesquelles sont manquantes. Les souvenirs que je relate deviennent opaques, incompréhensibles pour le lecteur. Mais à l’instar de ces photographies qui disent l’impossibilité de l’identification, je construis des souvenirs absents.

Utiliser ces images est une façon de vivre par procuratin et de reconstituer une vie rêvée. Néanmoins, l’intervention à la feuille d’or crée des trous de mémoire et impose une distance, ce qui fait que je ne suis pas dupee du mensonge qu’elles affichent.
Travailler sur ces photographies permet de faire le deuil de cette vie de famille idéale. Reprendre un à un tous les anciens fantasmes concernant ces projections et les démontrer rend cette mort symbolique supportable. » – Carolle Bénitah

“While working on my personal archives, I realized that there were very few images of my parents before their marriage: an iconographic desert explained by the fact that they were born in the 1930s in Morocco not yet having running water or electricity. The few photographs kept by my grandmother were double-locked away so as not to touch upon the tragedy caused by the accidental loss of one of her sons. A blanket of silence had stroke with a ban on this previous life. I found myself orphaned by images from the past.
I collect anonymous photographs that I buy in flea markets. I am magnetized by the happiness displayed at attention in these photos, by these people I don’t know but who existed, loved, and disappeared. They are ghosts who follow me quietly, and I take them over to build an imaginary family album in

Plus que 1 en stock

Informations complémentaires

Etat du livre Neuf
ISBN 13 9788887569841
Photographe

Ville

Editeur

Date d'édition

Poids 500 g
Dimensions 20 × 22 cm
Reliure Spirales
Langues anglais