Guy Bolongaro : Gravity Begins at Home

Photographe Bolongaro Guy
1ère édition tirée à 750 exemplaires.

Chaque couverture du coffret est différente avec des autocollants collés par Guy Bolongaro et ses enfants.

Lire la suite

50,00

,

En stock

1ère édition tirée à 750 exemplaires.
Chaque couverture du coffret est différente avec des autocollants collés par Guy Bolongaro et ses enfants.

Guy Bolongaro (né à Crewe, 1978) a étudié la sociologie avant de déménager à Londres pour devenir travailleur social. Vers 2014, épuisé par son travail et frustré par ses tentatives de faire des films documentaires pendant ses temps libres, il a commencé à prendre des photos comme une « thérapie artistique quotidienne », à faire des images pendant ses pauses-repas et à rentrer du travail. Quelques années après la naissance de son premier enfant, il délaisse la sphère publique pour se concentrer sur le cosmos familial, délaissant ses itinéraires de marche pour se consacrer à ses routines domestiques.

Saisissant les moments étranges et vibrants du maelstrtröm quotidien de la garde d’enfants et du jeu de l’enfant, et en documentant les modèles cycliques de la vie familiale, Bolongaro a commencé un processus de travailler à travers ses sentiments d’ambivalence sur la façon dont nous vivons dans l’« unité familiale » idéalisée, tenter de se persuader que la famille – ou en tout cas la sienne – peut fonctionner.

Dans la chanson dont « Gravity Begins At Home » prend le titre, le musicien écossais Ivor Cutler nous assure que la théorie de la gravité est « beaucoup de non-sens », et les photographies de Bolongaro semblent soutenir cette notion – que lorsqu’il s’agit de famille, tout est dans l’air : ici les objets (oeufs, jonquilles, bougies allumées) lévitent, et les enfants volent comme s’ils étaient possédés. On y trouve aussi des corps célestes, des miroirs et des doublures, des jeux d’échelle, des superpositions et des contigus en forme de collage, ainsi que des scènes domestiques plus calmes et faites maison (les cheveux sont brossés, la télé regardée, le linge plié).

Cutler suggère que la famille est quelque chose de « terriblement important ». Même si nous acceptons cela, alors l’importance de la famille est sûrement loin d’être simple. Ainsi, alors qu’il y a des moments où la façon dont nous vivons ensemble semble défier les règles de la gravité, nous devrions continuer à remettre en question les limites et les restrictions du modèle de la famille nucléaire.

Composé de quatre livres extensibles conservés dans un coffret (fini par des autocollants appliqués par Bolongaro et ses enfants) « Gravity Begins At Home » nous donne une vision dynamique et non sentimentale de la vie de famille, ambiguë, chaotique, troublante et joyeuse dans la même mesure.

Guy Bolongaro (born Crewe, 1978) studied sociology before moving to London to become a social worker. Around 2014, burnt out by work and frustrated by his attempts at making documentary films in his spare time, he began taking photographs as a form of ‘daily art therapy,’ making images on his lunch breaks and walks home from work. A few years after the birth of his first child he shifted focus from the public sphere to the family cosmos, turning attention from his walking routes to his domestic routines.

Capturing the strange and vibrant moments within the daily maelstrom of childcare and child’s play, and in documenting the cyclical patterns of family life, Bolongaro began a process of working through his feelings of ambivalence about how we live within the idealised ‘family unit’, attempting to persuade himself that family – or at any rate, his own – can work.

In the song from which ‘Gravity Begins At Home’ takes its title, the Scottish musician Ivor Cutler assures us that the theory of gravity is ‘a lot of nonsense’, and Bolongaro’s photographs appear to support this notion – that when it comes to family, everything is up in the air: here objects (eggs, daffodils, lit candles) levitate, and children fly as though possessed. Here too are celestial bodies, mirrorings and doublings, games of scale, and collage-like overlappings and abuttings, alongside quieter, homespun scenes of domestic life (hair is brushed, telly watched, laundry folded).

Cutler suggests that the family is something ‘terribly important’. Even if we accept this, then the importance of family is surely far from uncomplicated. So, while there are moments when the way we live together seems to defy the rules of gravity, we should continue to question the confines and strictures of the nuclear family model.

Composed of four expandable books held within a slipcase (finished with stickers applied by Bolongaro and his children) ‘Gravity Begins At Home’ gives us a dynamic, unsentimental view of family life: ambiguous, chaotic, unsettling and joyous in equal measure.

Poids 700 g
Dimensions 17.5 × 25 cm
Date d'édition

EAN

9781999349486

Editeur

Photographe

Spécifité

,

Ville

ISBN 9781999349486
Langue(s) anglais
Nombre de pages 128
Reliure Coffret