Jack Lueders-Booth : Women Prisoner Polaroids

Publié avec quatre couvertures différentes / Published with four different covers.

À l’automne 1977, Jack Lueders-Booth commence à enseigner la photographie aux détenues de MCI Framingham, une prison pour femmes dans le Massachusetts aux États-Unis.

Au cours de sa décennie à l’établissement, il a réalisé une série d’images Polaroid produites en collaboration avec les femmes qui vivaient dans la prison. 32 de ces images sont présentées dans ce nouveau livre aux côtés d’histoires orales enregistrées à l’époque par Booth.

In the fall of 1977, Jack Lueders-Booth began teaching photography to the inmates of MCI Framingham, a women’s prison in Masachusetts (USA).

During his decade at the facility, he would make a series of Polaroid images produced collaboratively with the women who lived in the prison. 32 of these images are presented in this new book alongside oral histories taken at the time by Booth.

Lire la suite

55,00

En stock

Fondée en 1878, MCI Framingham a été ouverte pour loger des femmes incarcérées pour le crime d’avoir donné naissance hors mariage, c’est-à-dire, engendrant, (le crime de Hester Prynne dans le roman de 1850 de Nathaniel Hawthorne, The Scarlet Letter). Quelques années plus tard, MCI Framingham a commencé à incarcérer des femmes pour vol à l’étalage, prostitution organisée, consommation et trafic de drogues, vol à main armée, abus d’enfants et meurtre. De nombreuses femmes de Framingham ont été condamnées pour avoir aidé leurs maris ou leurs petits amis à commettre des crimes. Au milieu des années 1970, l’établissement correctionnel faisait partie d’une expérience de normalisation en cours visant à atténuer les conséquences psychologiques de l’incarcération. Dans les images de Booth, ni les détenus ni les gardes ne sont en uniforme, les cellules sont faites pour ressembler à des dortoirs, et les détenus peuvent les meubler et les décorer dans les limites des directives. Les détenus masculins ont été introduits, constituant 20% de la population communale. Beaucoup de détenus dans les images de Lueders-Booth avaient des enfants à charge qui étaient placés sous la garde de parents ou de parents d’accueil nommés par le tribunal, ils étaient autorisés à visiter un adulte.

« Mon temps là-bas devait se terminer en 1979, mais à ce moment-là, j’avais commencé à photographier ces femmes, et ce qui a commencé à leur demande m’a occupé personnellement et pleinement. Je voulais continuer et je l’ai fait, restant au MCI Framingham pendant encore 7 ans, en photographiant, tout en enseignant aux détenus qui avaient un intérêt continu pour la photographie. ‘ Jack Luders-Booth

Aux côtés des images de Luders-Booth, il y a une série de récits oraux anonymes et de poèmes tirés de prisonnières de la prison de Framingham

Pour toutes mes sœurs qui ont ressenti le poids de
les cruautés de la vie comme le couteau de la froideur de la vie
ont percé leurs cœurs,
Et toutes les traces de chaleur ont été évacuées.
Ils se souviennent vaguement de quelque chose appelé amour,
une version déformée du proxénète,
comme cintres, battes de baseball, n’importe quoi dans
La main est venue à eux par l’air
Et ensuite, leur proxénète dit : « C’est parce que
Je t’aime, bébé.
-Tina Williams, 1980

Founded in 1878, MCI Framingham was opened to house incarcerated women for the crime of giving birth out of wedlock i.e., begetting, (Hester Prynne’s crime in Nathaniel Hawthorne’s 1850 novel, The Scarlet Letter). Some few years later MCI Framingham began incarcerating women for shoplifting, organised prostitution, using and trafficking drugs, armed robbery, child abuse, and murder. Many women at Framingham were convicted for helping their husbands or boyfriends commit crimes. By the Mid-70s, the correctional facility was part of an ongoing normalisation experiment that sought to mitigate the psychological consequences of incarceration. In Booth’s images, neither inmates nor guards are uniformed, cells are made to look like dormitory rooms, and inmates can furnish and decorate them within the constraints of guidelines. Male inmates were introduced, constituting 20% of the communal population. Many of the inmates in Lueders-Booth’s images had dependent children who were placed in the care of relatives or court-appointed foster parents, they were allowed to visit with an adult.

“My time there was scheduled to end in 1979, but by then I had begun photographing these women, and what began at their request grew to occupy me personally, and fully. I wished to continue and did, remaining at MCI Framingham for another 7 years, photographing, while also tutoring inmates who had a continuing interest in photography.’ Jack Luders-Booth

Included alongside Luders-Booth’s images, are a series of anonymized verbal accounts, and poems taken from female prisoners at MCI Framingham Prison

For all of my sisters who have felt the weight of
life’s cruelties as the knife of life’s coldness
pierced their hearts,
And all traces of warmth were drained away.
They vaguely remember something called love,
a distorted version of pimp,
as coat hangers, baseball bats, anything in
reach came at them through the air
And afterwards their pimp says, “It’s because
I love you baby.
-Tina Williams, 1980

Poids 600 g
Dimensions 20.5 × 25.5 cm
Date d'édition

EAN

9781913288709

Editeur

Photographe

Spécifité

Ville

ISBN 9781913288709
Langue(s) anglais
Nombre de pages
Reliure Relié