Lisa Sorgini : Behind Glass

1ère édition tirée à 1 000 exemplaires / First edition of 1,000 copies.

Lire la suite

49,00

En stock

1ère édition tirée à 1 000 exemplaires / First edition of 1,000 copies.

Lisa Sorgini (n. 1980, australienne) est une artiste photographique qui a trouvé sa propre expérience maternelle au centre des thèmes de son travail.

Behind Glass, offre une exploration en couches de la maternité, comme en témoignent les mois de la pandémie de COVID-19, alors que des mesures de maintien à la maison sans précédent ont balayé l’Australie et le monde. C’est un opus qui se présente à la fois comme un commentaire créatif et un disque culturel important.

Nées de la pandémie, les prises de vue ont commencé pour la série lorsque les premiers ordres de séjour à la maison sont entrés en vigueur en Australie. Faire des portraits de ceux de sa communauté immédiate, C’est un ensemble de travail motivé par un besoin de rendre visible le rôle invisible de parent pendant un tel isolement et qui évoque un spectre de tendresse profonde, l’ennui, la tranquillité, l’amour, la frustration, la peur et le désespoir. Ces œuvres présentent la lumière et l’obscurité de la maternité au cours de ces longues périodes de confinement; l’utilisation d’un éclairage doux et de contraste tonal apportant cette métaphore à la vie visuelle.

Chaque œuvre est encadrée par une fenêtre dans la maison, une pratique qui semble poignante compte tenu des circonstances d’isolement obligatoire où aucun contact n’était permis. C’est un processus qui suspend chaque sujet dans un espace liminal de transfert et d’adaptation, un processus dont les mères endurent mais dont les enfants sont protégés. On voit des bébés s’accrocher à leur mère. De minuscules mains tirent sur les vêtements et la peau. Chaque image, un assemblage délicat de chair, non clos, placé sur le fond de la familiarité tranquille. Il y a de la tendresse, mais aussi une claustrophobie et une intensité omniprésentes.

Les visages rosés et la tonalité tamisée donnent à certaines œuvres l’apparence d’un portrait baroque. C’est une technique désarmante qui ajoute à la transcendance de l’œuvre et au récit intemporel. Une mère regarde par la fenêtre – vue un instant à une époque où elle commençait à peine à comprendre, son expression était presque indéchiffrable. Derrière le verre, mère et enfant apparaissent comme des chefs-d’œuvre vivants et respirants – des comédies divines de domesticité.

Tout en informant d’un moment particulier, Behind Glass parle aussi plus largement de l’expérience maternelle existante. Son sous-texte le plus flagrant est celui de la maternité comme contextualisée dans le milieu occidental moderne, où les femmes se trouvent au cœur d’un monde intérieur intense tout en continuant à rester à contrecœur détaché de l’extérieur. Pourtant, au cœur de cette histoire se trouve aussi le concept d’espoir et de conscience connective. Les mères se sont jointes par une expérience collective. Grâce à ce travail, l’invisible est vu.

Le livre contient une préface de l’écrivain et commissaire d’exposition Federica Chiocchetti (b. 1983, italien)

Lisa Sorgini (b. 1980, Australian) is a photographic artist that has found her own maternal experience to be central to the themes in her work.

Behind Glass, offers a layered exploration of motherhood as shown during the months of the burgeoning COVID-19 pandemic, as unprecedented stay-at-home measures swept across Australia and the World. It’s an opus that stands as both a creative commentary and an important cultural record.

Born of the pandemic, shooting began for the series as the first stay-at-home orders came into force in Australia. Making portraits of those in her immediate community, It’s a body of work motivated by a need to make visible the unseen role of parenting during such isolation and one that evokes a spectrum of deep tenderness, tedium, quietude, love, frustration, fear, and despair. These works present the light and darkness of motherhood during these extended periods of lockdown; the use of soft lighting and tonal contrast bringing this metaphor to visual life.

Each work is framed by a window in the home, a practice that feels poignant given the circumstances of mandated isolation where no contact was allowed. It’s a process that suspends each subject within a liminal space of transference and adaptation, one that mothers endure but children are protected from. Babies are seen clinging to their mothers. Tiny hands tug at clothing and skin. Each image, a delicate assemblage of flesh, unposed, set against the backdrop of quiet familiarity. There’s tenderness, but also an omnipresent claustrophobia and intensity.

Dewy faces and subdued tonality lends some works the appearance of a baroque portrait. It’s a disarming technique that adds to the body of work’s transcendence and timeless narrative. One mother looks out from the pane – seen for a moment in a time they were only just beginning to understand, her expression almost indecipherable. Behind glass, mother and child appear like living and breathing masterpieces – divine comedies of domesticity.

Whilst informing of a particular time, Behind Glass also speaks more broadly of the existing maternal experience. Its most blatant subtext is that of motherhood as contextualised within the modern western milieu; where women lie at the core of an intense inner world whilst continuing to remain begrudgingly detached from the outer. Yet central to this story is also the concept of hope and connective awareness. Mothers joined through a collective experience. Through this work, the unseen is seen.

The book contains a foreword by writer and curator Federica Chiocchetti (b. 1983, Italian)

Poids 700 g
Dimensions 24.5 × 30 cm
EAN

9789188113535

Auteur(s)

Date d'édition

Editeur

Photographe

Spécifité

Ville

ISBN 9789188113535
Langue(s) anglais
Nombre de pages
Reliure Broché