Mao Ishikawa : Life in Philly

Photographe Ishikawa Mao
2ème édition tirée à 600 exemplaires / 2nd edition of 600 copies.

Session Press’ Red Flower, The Women of Okinawa, publié en 2017, est la première monographie américaine de la photographe d’Okinawa Mao Ishikawa, une figure très vénérée au Japon. La sortie de la deuxième impression en septembre de cette année marque le cinquantième anniversaire du retour d’Okinawa au Japon en 1972 depuis son occupation par les États-Unis après la Seconde Guerre mondiale. Red Flower célèbre la vie courageuse et honnête des femmes qu’elle a rencontrées et qui se sont liées d’amitié alors qu’elle travaillait dans les bars de Koza et Kin qui étaient des repaires pour les soldats noirs des bases militaires américaines locales à Okinawa.

Session Press’ Red Flower, The Women of Okinawa, published in 2017, was the first US monograph by Okinawan photographer Mao Ishikawa, a highly revered figure in Japan. The release of the second printing in September of this year marks the fiftieth anniversary of Okinawa’s reversion to Japan in 1972 since its’ occupation by the US after World War II. Red Flower celebrates the courageous and honest lives of women she met and befriended while working at bars in Koza and Kin that were hang-outs for black soldiers from the local US military bases in Okinawa.

Lire la suite

76,00

,

En stock

2ème édition tirée à 600 exemplaires.

Le livre présente plusieurs photographies inédites du premier livre de l’artiste, « Hot Days in Camp Hansen », publié en 1982. Red Flower est l’œuvre phare d’Ishikawa, marquant le point de départ de sa longue carrière de photographe. Conçu avec des images pleines de sang reproduites en grand format avec une impression en B/W intense qui transmet avec succès l’esprit vif et la tension originale de l’œuvre d’Ishikawa Camp Hansen, disponible une fois de plus pour une plus grande appréciation du public avec un essai de l’artiste

Le « Red Flower » est composé de 80 photographies en noir et blanc qui datent de 1975 à 1977 et qui ont été prises à Koza et Kin, à Okinawa, principalement dans le premier livre d’Ishikawa, « Hot Days in Camp Hansen », de A-man Shuppan, en 1982, mais comprend également des œuvres inédites de la même période. La « fleur rouge » illustre la célébration par Ishikawa de la vie courageuse et honnête des femmes qu’elle a rencontrées et dont elle s’est liée d’amitié pendant qu’elle travaillait dans les bars militaires à une époque où les tensions sociales et politiques entre les États-Unis et le Japon étaient très vives. Il se compose de cinq chapitres de photos, suivie de son essai consacré à la publication : les filles bavardant sur les garçons, travailler au bar, rencontrer leurs petits amis à la maison, s’amuser à la plage, et leurs enfants pour l’avenir d’Okinawa. La « fleur rouge » est l’œuvre charnière d’Ishikawa, puisqu’elle marque le point de départ de sa longue carrière de photographe.

Sa participation à la classe de Shomei Tomatsu à l’école de photographie WORKSHOP au printemps 1974 semble avoir eu une forte influence sur son style; leur étroite association d’amis et d’enseignant / étudiant a continué jusqu’à sa mort en 2012. Martin Parr identifie son travail comme « post-Provoke » dans The Photobook : A History Volume III (page 90), observant la force de sa photographie est chargée par sa franchise et sa cruauté, contrairement au symbolisme stylisé préféré par la génération précédente de photographes Provocati. Plus important encore, il est crucial de noter que son travail est souvent délivré du résultat de sa poursuite pure de son sujet. Particulièrement pour ce projet particulier, l’engagement d’Ishikawa sur le sujet était énorme; elle a travaillé comme serveuse dans les bars avec les autres filles et a eu des relations avec des garçons qu’elle a rencontrés pendant deux ans. Ainsi, son implication personnelle lui permet de capturer les événements réels et la scène sans théoriser ou romancer. Dans « Red Flower », Ishikawa dévoile en toute sincérité son documentaire personnel très honnête, tout en restant suffisamment détachée du sujet pour pouvoir parfaitement saisir les scènes avec ses yeux acérés.

Okinawa a été l’un des sujets les plus populaires dans l’histoire de la photographie japonaise, ayant attiré de nombreux maîtres célèbres de la photographie japonaise tels que Tomatsu Shomei, Daido Moriyama, Nobuyoshi Araki, et Keizo Kitajima. Née et élevée à Okinawa, Ishikawa est toujours la seule femme photographe qui travaille encore vigoureusement à Okinawa (et vit à Okinawa) malgré les tabous ou les défis qu’elle a rencontrés en cours de route.

Auparavant Ishikawa a fait deux publications sur le même sujet. Son premier livre, « Camp Hansen », n’est en fait pas sa monographie puisqu’un autre photographe, Toyomitsu Higa, a pris les photos dans la deuxième moitié du livre. En outre, il a été malheureusement interdit en raison de revendications de deux filles dans le livre peu de temps après sa sortie, il est donc extrêmement rare et cher. L’autre volume de l’œuvre d’Okinawa d’Ishikawa a été publié à l’occasion de son exposition à la Yokohama Civic Art Gallery Azamino en 2013. Puisqu’il fonctionne principalement comme référence à son travail général, et qu’il a été aménagé avec de grands encadrés blancs entourant des photos de format plus petit, il perd l’audace, l’honnêteté et l’urgence qui sont caractéristiques de son travail. Le « Red Flower » présente des images pleines de sang dans un grand format avec une impression intense en noir et blanc, et rend de nouveau disponible l’esprit et la tension originaux du légendaire « Camp Hansen » d’Ishikawa pour une plus grande appréciation du public.

2nd edition of 600 copies.

The book features several unpublished photographs from artist’s first book, ”Hot Days in Camp Hansen” published in 1982. Red Flower is the seminal work of Ishikawa, marking the starting point of her subsequently long career as a photographer. Designed with full-bleed images reproduced in a large format with intense b/w printing which successfully conveys the original lively spirit and tension of Ishikawa’s Camp Hansen work, available once again for wider public appreciation with an essay by the artist

“Red Flower” consists of 80 black and white photographs that date from 1975 to 1977 taken in Koza and Kin, Okinawa, primarily from Ishikawa’s first book “Hot Days in Camp Hansen” by A-man Shuppan in 1982, but also includes unpublished work from the same period. “Red Flower” exhibits Ishikawa’s celebration of the courageous and honest lives of women she met and befriended while working at military bars at a time when social and political tensions between the US and Japan were on high alert. It consists of five chapters of pictures, followed by her essay dedicated to the publication: girls gossiping about boys, working at the bar, meeting their boyfriends at home, enjoying themselves at the beach, and their children for the future of Okinawa. “Red Flower” is the pivotal work for Ishikawa, since it marks the starting point of her subsequent long career as a photographer.

Her attendance of Shomei Tomatsu’s class at WORKSHOP photography school in the Spring of 1974 seems to have had a strong influence on her style; their close association as friends and teacher/student continued until his death in 2012. Martin Parr identifies her work as ‘post-Provoke’ in The Photobook: A History Volume III (page 90), observing the strength of her photography is charged by its directness and rawness, in contrast to the stylized symbolism preferred by the previous generation of Provoke photographers. Most importantly, it is crucial to note that her work is often delivered from the result of her pure pursuit of her subject matter. Especially for this particular project, Ishikawa’s engagement to the subject was enormous; she worked as a server at the bars along with the other girls and had relationships with boys she met there for two years. Thus, her personal involvement enables her to capture the actual events and scene without theorizing or romanticizing. In “Red Flower”, Ishikawa reveals her very honest personal documentary in all sincerity, while still maintaining enough detachment from the subject to be able to perfectly capture the scenes with her sharp eyes.

Okinawa has been one of the most popular subjects in the history of Japanese photography, having attracted many renowned Japanese photography masters such as Tomatsu Shomei, Daido Moriyama, Nobuyoshi Araki, and Keizo Kitajima. Born and raised in Okinawa, Ishikawa is still the only female photographer still vigorously making work in Okinawa (and living in Okinawa) in spite of whatever taboos or challenges she came across along the way.

Previously Ishikawa made two publications on the same subject. Her first book, “Camp Hansen” is not, in fact, her monograph since another photographer, Toyomitsu Higa took the photos in the second half of the book. Also, it was regretfully banned due to claims from two girls in the book shortly after it was released, so it is extremely rare and expensive. The other volume of Ishikawa’s Okinawa work was published on the occasion of her exhibition at Yokohama Civic Art Gallery Azamino in 2013. Since it mainly functions as reference to her general work, and it was laid out with large white framing surrounding smaller format photos, it loses the boldness, honesty and urgency which are characteristic of her work. “Red Flower” features full-bleed images in a large format with intense black and white printing, and successfully makes the original lively spirit and tension of Ishikawa’s legendary “Camp Hansen” work available again for wider public appreciation.

Poids 65033 g
Dimensions 24 cm
Date d'édition

Editeur

Photographe

Spécifité

,

Ville

ISBN
Langue(s) anglais, japonais
Nombre de pages 112
Reliure Broché