Michele Sibiloni : Nsenene

Photographe Sibiloni Michele
Les nsenènes sont un mets délicat et une importante source de revenus en Ouganda. Techniquement les grillons de brousse mais généralement appelés « sauterelles », les nsenènes migrent en masse deux fois par an, juste après les deux saisons des pluies. D’énormes essaims remplissent le ciel peu avant le lever du soleil. Ainsi, nuit après […]

Lire la suite

52,00

En stock

Les nsenènes sont un mets délicat et une importante source de revenus en Ouganda. Techniquement les grillons de brousse mais généralement appelés « sauterelles », les nsenènes migrent en masse deux fois par an, juste après les deux saisons des pluies. D’énormes essaims remplissent le ciel peu avant le lever du soleil. Ainsi, nuit après nuit pendant la saison du cricket, de nombreux Ougandais restent éveillés jusqu’à l’aube pour attraper les bestioles. L’omniprésence des insectes verdâtres brillants au milieu de la brume nocturne et de la fumée des feux de joie submerge tout le pays dans une atmosphère d’un autre monde, un effet étrange aggravé par tout l’attirail bizarre impliqué, en particulier les outils et les pièges inventés de manière fantaisiste. Des rafales d’activité trépidante alternent avec de longues périodes d’attente et de temps mort. Compte tenu de leur teneur élevée en protéines, ils restent une source prometteuse de nourriture pour l’avenir, selon l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), qui souligne que si plus de gens ajoutaient des insectes comestibles à leur alimentation, cela pourrait réduire la faim dans le monde. et améliorer la sécurité alimentaire. Cependant, la déforestation a décimé les populations d’insectes migrateurs ces dernières années et certaines espèces de grillons sont désormais en danger critique d’extinction. Pour aggraver les choses, les pluies en Afrique deviennent de moins en moins prévisibles en raison du changement climatique, et la récolte de grillons dépend entièrement du calendrier. Le photographe italien Michele Sibiloni a capturé la récolte de grillons ougandais, une activité qui chevauche la ligne très fine entre passé et futur, tradition et modernisation, dans son idiome visuel hautement atmosphérique. Ses séquences cinématographiques immédiates en disent long non seulement sur la situation ougandaise, mais aussi sur les perspectives d’avenir de notre planète dans son ensemble.

Nsenene are a delicacy and an important source of income in Uganda. Technically bush crickets but generally referred to as “grasshoppers”, nsenene migrate en masse twice a year, right after the two rainy seasons. Huge swarms fill the sky shortly before sunrise. So, night after night during cricket season, many Ugandans stay up till dawn to catch the critters. The omnipresence of the lustrous greenish insects amid the nocturnal mist and the smoke of bonfires submerges the whole country in an otherworldly atmosphere, an eerie effect compounded by all the bizarre paraphernalia involved, especially the fancifully contrived tools and traps. Flurries of hectic activity alternate with long periods of waiting around and killing time. Given their high protein content, they remain a promising source of food for the future, according to the UN Food and Agriculture Organization (FAO), which points out that if more people were to add edible insects to their diet, that could reduce world hunger and improve food security. However, deforestation has decimated migratory insect populations in recent years and some cricket species are now critically endangered. To make matters worse, the rains in Africa are becoming less and less predictable due to climate change, and cricket-harvesting depends entirely on timing. Italian photographer Michele Sibiloni has captured the Ugandan cricket-harvest, an activity that straddles the very fine line between past and future, tradition and modernization, in his highly atmospheric visual idiom. His immediate cinematographic sequences speak volumes not only about the Ugandan situation, but also about the future prospects for our planet as a whole.

Poids 1050 g
Dimensions 23.5 × 32 cm
Date d'édition

Editeur

Photographe

Spécifité

Ville

EAN

9783907236130

ISBN 9783907236130
Langue(s) anglais
Nombre de pages 144
Reliure Relié