Nigel Poor : The San Quentin Project

Le projet San Quentin recueille un enregistrement visuel en grande partie invisible de la vie quotidienne à l’intérieur de l’une des plus anciennes et des plus grandes prisons d’Amérique, démontrant comment ces archives de l’État sont désormais utilisées pour enseigner la littératie visuelle et traiter l’expérience de l’incarcération. En 2011, Nigel Poor, artiste, éducateur et […]

Lire la suite

55,00

Plus que 2 en stock

Le projet San Quentin recueille un enregistrement visuel en grande partie invisible de la vie quotidienne à l’intérieur de l’une des plus anciennes et des plus grandes prisons d’Amérique, démontrant comment ces archives de l’État sont désormais utilisées pour enseigner la littératie visuelle et traiter l’expérience de l’incarcération. En 2011, Nigel Poor, artiste, éducateur et cocréateur du podcast acclamé Ear Hustle, a commencé à enseigner un cours d’histoire de la photographie dans le cadre du Prison University Project à la prison d’État de San Quentin. Ni les livres ni les appareils photo n’étaient autorisés dans l’établissement, un cours peu orthodoxe avec une gamme d’exercices de cartographie inventifs s’ensuivit : les étudiants créèrent des « photographies verbales » de souvenirs pour lesquels ils n’avaient aucune documentation visuelle et annotèrent des images emblématiques de différents artistes. Après le premier semestre, dit Poor, « un étudiant m’a dit qu’il pouvait maintenant voir la fascination partout à San Quentin. » Lorsque Poor a eu accès à des milliers de négatifs dans les archives de la prison, réalisés par des agents pénitentiaires d’une époque antérieure, ces images des événements quotidiens de San Quentin sont rapidement devenues des rampes de lancement pour les observations approfondies de ses étudiants. Du banal au brutal, en passant par des moments de répit distincts, les images de ces archives ont donné aux personnes impliquées dans le projet l’occasion de partager leurs histoires et leurs réflexions sur l’incarcération ; textes de Nigel Poor avec des contributions de Reginald Dwayne Betts, George Mesro Coles-El, Rachel Kushner, Michael Nelson, Ruben Ramirez, et Lisa Sutcliffe, photos en n.b. et en couleurs.

The San Quentin Project collects a largely unseen visual record of daily life inside one of America’s oldest and largest prisons, demonstrating how this archive of the state is now being used to teach visual literacy and process the experience of incarceration. In 2011, Nigel Poor—artist, educator, and cocreator of the acclaimed podcast Ear Hustle—began teaching a history of photography class through the Prison University Project at San Quentin State Prison. Neither books nor cameras were allowed into the facility, so an unorthodox course with a range of inventivemapping exercises ensued: students crafted “verbal photographs” of memories for which they had no visual documentation, and annotated iconic images from different artists. After the first semester, Poor says, “one student told me he could now see fascination everywhere in San Quentin.” When Poor received access to thousands of negatives in the prison’s archive, made by corrections officers of a former era, these images of San Quentin’s everyday occurrences soon became launchpads for her students’ keen observations. From the banal to the brutal, to distinct moments of respite, the pictures in this archive gave those who were involved in the project the opportunity to share their stories and reflections on incarceration ; authored by Nigel Poor, contributions by Reginald Dwayne Betts, George Mesro Coles-El, Rachel Kushner, Michael Nelson, Ruben Ramirez, and Lisa Sutcliffe.

Poids 1005 g
Dimensions 22 × 29 cm
Date d'édition

Auteur(s)

,

Photographe

Editeur

Ville

Spécifité

ISBN 9783869307855
Langue(s) anglais
Nombre de pages 168
Reliure Relié