Olivier Pin-Fat : Meat

Vendu / Sold Out

Exemplaire Signé.
1ère édition reliée à la main, tirée à 230 exemplaires numérotés.
Chaque livre a son tampon comprenant le numéro de l’exemplaire, le prénom de la personne l’ayant relié et la date et l’horaire à laquelle il a été relié.

Un véritable livre d’artiste avec différentes textures et taille de papier dont les différents cahiers sont liés par une toile sérigraphiée servant de couverture.

« Meat » rassemble plus de 500 photographies d’Olivier Pin-Fat et 2 de ses textes : l’un sur le projet et le contexte de « Meat », l’autre sur son approche de la photographie.

En tant qu’artiste invité qui présente son point de vue très personnel sur le projet, le livre est accompagné d’une entrée de Brad Feuerhelm : “The Bleach at the End of the Bottle Tastes Just as Nice”

«Meat» concerne principalement la forme corporelle, la déformation, la chair, le charnel. Comment toute la matière se décompose, se transforme d’une forme à une autre et finit par se désintégrer en cendres. Des piles de fragments d’os et de cendres, les restes humains après la crémation, apparaissent comme des oreillers d’hôtel prêts pour la lessive sur une ligne d’usine le matin. Des biographies existent, momentanément, dans des dalles de chair en train de frire comme de la bouillie, de la graisse, du nerf ou de l’os tandis que le paysage se dessine à l’extérieur, cette ville sans fin, toujours présente, hurlant comme une bête pour vous mâcher et vous recracher une fois de plus défigurée, ou vous avaler complètement une fois que vous sortirez de ce sanctuaire illusoire.

‘Meat’ brings together more than 500 Olivier Pin-Fat’s photographs, and 2 of his texts: one about the project and context of ‘Meat’, the other, about his approach to photography.

As an invited artist displaying his very personal view on the project, the book comes with an entr’acte by Brad Feuerhelm: ‘The Bleach at the End of the Bottle Tastes Just as Nice’
In Olivier’s words: “Brad’s text spins my work on its head, then spins it in the opposite direction simultaneously whilst raising questions about how we look at or read images, what porn is or not, where the fine line between the gratuitous and resonant lies, where placement really is, what is real or isn’t, what is art or isn’t, what direct and unsentimental representation can mean through the eyes of certain practitioners, what mirrors what (violence, to the negative/material) or vice versa […] It runs in parallel with my work, although at a tangent, and in the end elevates it. Much of the conversation pieces btw are Brad and i chatting on messenger.”

‘Meat’ is primarily about Body-Form, deformation, the flesh, the carnal. How all matter decays, transforms itself from one form to another and ultimately disintegrates into ash. Stacks of bone shards and ash, the human remains after cremation, appear like hotel pillows ready for laundry on a factory line in the morning. Biographies exist, momentarily, within slabs of frying flesh like gristle, fat, nerve or bone whilst the landscape looms outside, this endless city, ever present, howling like a beast to chew you up and spit you out disfigured once more, or swallow you up completely once you emerge from this illusory sanctuary.

Informations complémentaires

Etat du livre Neuf
ISBN 13 9786188382527
Spécifité

,

Photographe

Ville

Auteur(s)

,

Editeur

Date d'édition

Poids 1300 g
Dimensions 24 × 34 cm
Nombre de pages 336 pages
Reliure Broché
Langues anglais