Peter Funch : 42nd and Vanderbilt

Photographe Funch Peter
Le photographe danois Peter Funch a placé ces limites rigides sur son projet photographique de 9 ans, 42nd et Vanderbilt. Réduisant les opportunités infinies que NYC a à offrir à un artiste, Funch fait remonter à la surface les minuties contenues dans un fragment de notre routine quotidienne, la courte promenade du point A au […]

Lire la suite

45,00

En stock

Le photographe danois Peter Funch a placé ces limites rigides sur son projet photographique de 9 ans, 42nd et Vanderbilt. Réduisant les opportunités infinies que NYC a à offrir à un artiste, Funch fait remonter à la surface les minuties contenues dans un fragment de notre routine quotidienne, la courte promenade du point A au point B, nous rappelant que la pratique de la photographie en général et de la photographie de rue spécifiquement, n’a fait qu’effleurer la surface de la possibilité.

Grâce à l’édition catégorique, à parts égales intuitives et scientifiques, les schémas et les manières humains normalement passés à la première lecture deviennent des méditations sur le temps, la mortalité, l’espace public et privé, l’économie et notre moi intérieur. Funch utilise une méthode que le romancier et plasticien Douglas Coupland décrit avec justesse dans la postface du livre comme «une sorte de surveillance plus douce et plus douce».

Dans un exemple, ce qui semble être un diptyque d’une femme avec des images prises à quelques secondes d’intervalle, devient lentement un puzzle «Repérez la différence»: de subtiles variations dans les vêtements, les cheveux, la lumière et l’ombre émergent alors que nous le spectateur le réalisons, à la fois et la consternation, que les images étaient en fait prises à des jours, des mois, voire des années d’intervalle.

Ce mécanisme simple et efficace utilisé par Funch imprègne l’ordinaire de l’extraordinaire. Le fait que nos propres tendances inconnues, ainsi que les rythmes et les habitants de notre écosystème environnant, puissent durer et rejouer sur un chemin parcouru des milliers de fois, s’apparentant à la performance, n’est rien de moins qu’une révélation ; Postface de Douglas Coupland , 1ère édition, 2ème impression, photos en couleurs.

Between 8:30 am and 9:30 am, from 2007 to 2016, at the southern corner of 42nd Street and Vanderbilt Avenue in New York City.

Danish photographer, Peter Funch, placed these rigid confines upon his 9 year photographic project, 42nd and Vanderbilt. Narrowing the infinite opportunities NYC has to offer an artist, Funch brings to the surface the minutiae contained within a fragment of our daily routine, the short walk from Point A to Point B, reminding us that the practice of photography in general, and street photography specifically, has only scratched the surface of possibility.

Through categorical editing, equal parts intuitive and scientific, human patterning and mannerisms normally passed over on first read, become meditations on time, mortality, public and private space, the economy, and our inner selves. Funch employs a method that novelist and visual artist Douglas Coupland aptly describes in the book’s afterword as « a kinder, gentler kind of surveillance. »

In one example, what appears to be a diptych of a woman with images taken only seconds apart, slowly becomes a “Spot the Difference” puzzle: subtle variations in attire, hair, light and shadow emerge as we the viewer realize, in both wonder and consternation, that the images were in fact taken days, months, or perhaps even years apart.

This simple and effective mechanism employed by Funch permeates the ordinary with the extraordinary. The fact that our own unknown tendencies, together with the rhythms and denizens of our surrounding ecosystem, can endure and replay over a path traveled thousands of times, becoming akin to performance, is nothing short of a revelation ; afterword by Douglas Coupland .

Poids 900 g
Dimensions 20 × 25 cm
Photographe

Ville

Auteur(s)

Editeur

Date d'édition

ISBN 9781942953319
Langue(s) anglais
Nombre de pages 160
Reliure Relié