Philippe Herbet : Lettres du Caucase ; Errance romantique

25,00

Le désir de vagabonder dans les montagnes du Caucase était en moi depuis des années. C’étaient les décors tragiques de romans et de poèmes de Pouchkine, de Lermontov et de Tolstoï, tout un imaginaire. Le Caucase est une zone de tension entre l’univers complexe de la Fédération de Russie et l’Occident, d’enjeux géostratégiques liés aux hydrocarbures et à une tentative d’islamisation radicale de la mosaïque des petites républiques du Nord.

[…] Rien ne semble fondamentalement changer dans cette région : les paysages, d’une beauté époustouflante, portent en eux un drame imminent, les frontières fascinent, les différents peuples ont une identité forte, la présence militaire est constante, l’enlèvement est une pratique commerciale ancestrale, les attentats sont fréquents… Dépaysants, les noms mêmes des républiques du Caucase ne cessent de me fasciner.
Sur les traces du personnage d’Un héros de notre temps de Lermontov, homme singulier, élégant, ambigu, toujours en fuite, c’est un traité sur l’errance, sur le romantisme et les frontières que j’ai tenté de réaliser à l’aide de la photographie et de l’écriture fragmentaire. – Philippe Herbet

Philippe Herbet est né le 20 janvier 1964. Enfance et adolescence à ­Seraing (banlieue liégeoise, alors en plein essor). Adolescent, il photographie à l’Instamatic et filme en Super 8 « sa » ville. Après une ennuyeuse formation de comptable, et parallèlement à un travail dans une entreprise de transport fluvio-maritime, il a suivi des cours de photographie à l’Institut Saint-Luc de Liège. Passionné de littérature autant que d’image, il aime accompagner ses photographies de textes. Il a ainsi publié sept livres depuis 2000 et son premier ouvrage (Rhizome, chez Yellow Now). Ses petites passions, la photographie, l’écriture, la lecture, les trains, les voyages – principalement en ex-URSS –, la condition des femmes, occupent la majeure partie de son temps. Il essaye de vivre le plus lentement possible dans un monde qui l’enthousiasme et le désespère.

Il expose régulièrement en Belgique (Jacques Cerami, Contretype), en France (galerie Camera Obscura à Paris), en Allemagne, au Belarus, au Brésil et ailleurs : résidences d’artiste notamment au pays basque (Hendaye), à Pécs en Hongrie; projet avec le Goethe Institut d’Istanbul en 2010, à la FAAP, Sao Paulo, Brésil ; lauréat de la Fondation Spes pour son projet Magadan en 2009. La série « Made in Belarus » a fait l’objet d’une exposition personnelle au musée de la Photographie à Charleroi et le « Rhizome oriental » au MuBE de Sao Paulo au Brésil, en 2011. Il est représenté par la galerie Jacques Cerami en Belgique et par K Echo Photo en Europe.

Le projet Lettres du Caucase.?Errance romantique a débuté en octobre 2010 pour se terminer en septembre 2012, après six voyages. Le livre accompagne une exposition homonyme chez Contretype et marque, après treize ans, le retour d’Herbet auprès de son premier éditeur.

Plus que 2 en stock (peut être commandé)

Informations complémentaires

Etat du livre Neuf
ISBN 13 9782873403423
Photographe

Ville

Editeur

Date d'édition

Poids 400 g
Dimensions 14 × 21 cm
Nombre de pages 144 pages
Reliure Broché
Langues français, russe