Ryudai Takano : Kikuo / キクオ (Reclining Woo-Man)

50,00

1ère édition tirée à 500 exemplaires, avec une affichette dépliante.

La série remarquable Reclining Woo — Man (1997–2001) de Ryudai Takano (né en 1963, japonais) présente une représentation inégalée de la nudité, qui est souvent ignorée dans les arts. Le titre dérive de «Femme couchée» – un titre souvent trouvé parmi les peintures classiques européennes. Le titre est une parodie, mais les photographies ne le sont pas.

Takano explorait comment capturer son propre sens de la beauté avant de rencontrer Kikuo. Ce fut une rencontre si bouleversante qui poussa Takano à abandonner sa quête. Kikuo; un homme gros, nu, d’âge moyen, allongé sur un canapé-lit. Pour donner un exemple, il aurait pu ressentir pour lui comme si Mars, le dieu romain de la guerre, apparaissait comme une muse. Après cela, Kikuo a continué à diriger la création de Takano pendant 10 ans.

Lorsque l’appareil photo est devenu populaire vers le milieu des années 1960, de nombreux artistes ont commencé à utiliser la photographie en se demandant si «la photographie peut être suffisante en tant qu’art?». Cependant, bientôt la question a été légèrement modifiée à l’essence de l’art, « qu’est-ce que » voir « le monde? ». Cela a élargi la définition de la photographie. Les photographies possédaient au début une capacité record et une multiplicité et lorsque la photographie numérique est apparue dans les ménages ordinaires à la fin des années 1990, elle a ajouté ses effets visuels. De nos jours, la photographie a dépassé ces idées; elle ne cherche pas uniquement à «voir» mais elle nous a incités à prendre conscience de l’incertitude de «ce que nous voyons». Comme le mentionne Duncan Wooldridge dans son avant-propos, les photographies de Ryudai Takano nous montrent «comment repenser la vision» – nous connaîtrons le monde aux multiples facettes et sa diversité à travers ses photographies.

Le livre contient une préface écrite par le critique et essayiste Duncan Wooldridge (né en 1981, britannique)

First edition of 500 copies, with fold-out poster.

The notable series Reclining Woo—Man (1997–2001) by Ryudai Takano (b. 1963, Japanese) exhibits an unalike depiction of nudity, which often being ignored in the arts. The title derives from “Reclining Woman”—a title often found among European classical paintings. The title is a parody, but the photographs are not.

Takano was exploring how to capture his own sense of beauty prior to meeting Kikuo. It was such an overwhelming encounter that caused Takano to abandon his quest. Kikuo; a stout, naked, middle-aged man, lying on a sofa bed. To give an example, it might have felt for him as if Mars, the Roman god of war appeared as a muse. After that, Kikuo continued to drive Takano’s creation for 10 years.

When the camera became popular around the mid-1960s, many artists began to employ photography by questioning if “photography can be sufficient as art?”. However, soon the question got slightly altered to the essence of art, “what is ‘to see’ the world?”. This extended the definition of photography. Photographs early possessed a record-ability and multiplicity and when digital photography emerged in common households in the late 1990s it added its visual effects. Nowadays, photography has surpassed these ideas; it does not solely seek for “to see” but it has prompted us to be aware of the uncertainty of “what we see”. As Duncan Wooldridge mentions in his foreword, Ryudai Takano’s photographs are showing us “how to rethink vision”—we will know the multifaceted world and its diversity through his photographs.

The book contains a foreword written by critic and essayist Duncan Wooldridge (b. 1981, British).

Plus que 1 en stock

Informations complémentaires

Etat du livre Neuf
ISBN 13 9789188113436
Spécifité

,

Photographe

Ville

Auteur(s)

Editeur

Date d'édition

Poids 150 g
Dimensions 20 × 27 cm
Nombre de pages 28 pages
Reliure Broché
Langues anglais