Shoichi Kudo : Aomori 1950-1962

Photographe Kudo Shoichi
Les captures miraculeuses de Shoichi Kudo de la vie à Aomori dans les années 1950 Après le décès de son père en 2014, Kanako Kudo a découvert de grandes boîtes remplies de négatifs non développés. Son père, Shoichi Kudo (né en 1929), avait attiré l’attention en tant que photographe dans les années d’après-guerre au Japon […]

Lire la suite

75,00

Plus que 1 en stock

Les captures miraculeuses de Shoichi Kudo de la vie à Aomori dans les années 1950

Après le décès de son père en 2014, Kanako Kudo a découvert de grandes boîtes remplies de négatifs non développés. Son père, Shoichi Kudo (né en 1929), avait attiré l’attention en tant que photographe dans les années d’après-guerre au Japon (par exemple, étant sélectionné par Ihei Kimura et Ken Domon dans le cadre de concours mensuels de magazines d’appareils photo, ainsi que quelques expositions) mais avait cessé de prendre des photos depuis longtemps. Ce que Kanako avait découvert était un petit trésor photographique : la vie dans l’Aomori d’après-guerre, capturée dans des centaines de portraits impromptus brillants, d’instantanés et d’images de style documentaire. Après que sa fille a commencé à publier ses photographies sur Instagram, Shoichi Kudo a attiré à titre posthume l’attention de la communauté de la photographie contemporaine au Japon et dans le monde entier.
Le livre photo « Aomori 1950-1962 » présente le travail de Kudo en plein charme.

« De nombreuses photos datent du début des années 1950 et semblent être des instantanés pris en route pour travailler à To-o Nippo à Shinmachi depuis la maison de Kitakanazawa où il vivait avant de se marier, ou d’Okidate, où j’ai grandi. Avant d’acheter une voiture, il semble que mon père se rendait au travail à pied tous les jours, avec son appareil photo. D’autres photos peuvent provenir de vacances prises avec des amis photographes, ou lors de pauses sur des missions d’actualité, mais on ne peut que deviner.
Pendant ce temps, entre 1951 et 1957, mon père a soumis son travail à des magazines tels que CAMERA (ARS Publishing) et Nippon Camera (Nippon Camera Company) où il a été très bien noté, fréquemment sélectionné pour des articles mensuels jugés par Ken Domon. , Ihei Kimura et Hiroshi Hamaya. Lorsque ces hommes visitaient Aomori lors de tournées photographiques, mon père les accompagnait en tant que guide. Il a été invité à Tokyo pour un Symposium “Rassemblement autour d’Ihei Kimura & Ken Domon: Top 10 Prizewinners” dans le cadre d’un article de l’édition de janvier 1954 de CAMERA. Pourtant, il m’a dit plus tard qu’il sentait qu’il ne pouvait pas se mesurer aux autres jeunes artistes là-bas, qui s’engageaient dans des débats nobles sur des questions sociales, alors qu’il venait d’une famille pauvre, manquait de diplômes universitaires et n’était capable que de prendre des instantanés. autour d’Aomori. Et bien qu’il se fasse un nom dans les magazines photographiques, après un certain temps, il a commencé à lutter pour concilier cela avec son travail principal en tant que photographe de presse, et a donc brusquement cessé de soumettre son travail. En d’autres termes, il a décidé d’abandonner ses aspirations artistiques de photographe et de rester à Aomori. Compte tenu de cela, publier le travail de mon père maintenant de cette manière peut ne pas être conforme à ses propres souhaits. Pourtant, le fait que les négatifs soient restés pendant des décennies dans un placard suggère qu’ils étaient importants pour lui ; il ne pouvait pas les abandonner. — de la postface de Kanako Kudo (inclus en japonais et en traduction anglaise)

Shoichi Kudo’s miraculous captures of life in Aomori in the 1950s

After her father’s passing in 2014, Kanako Kudo discovered large boxes filled with undeveloped negatives. Her father, Shoichi Kudo (b. 1929), had garnered some attention as a photographer in Japan’s post-war years (e.g. being selected by Ihei Kimura and Ken Domon as part of monthly camera magazine competitions, as well as a few exhibitions) but had stopped taking photographs a long time ago. What Kanako had discovered was a small photographic treasure: life in post-war Aomori, captured in hundreds of brilliant impromptu portraits, snapshots and documentary-style images. After his daughter began to publish his photographs on Instagram, Shoichi Kudo posthumously garnered the attention of the contemporary photography community in Japan and all over the world.
The photobook “Aomori 1950-1962” presents Kudo’s work in full charm.

“Many of the pictures date from the early 1950s, and appear to be snapshots taken en route to work at To-o Nippo in Shinmachi from the house in Kitakanazawa where he lived before he was married, or from Okidate, where I grew up. Prior to purchasing a car, it seems my father walked to work each day, with his camera. Others pictures may come from vacations taken with photographer friends, or during breaks on news assignments, but we can only guess.
During that time, between 1951 and 1957, my father submitted his work to magazines such as CAMERA (ARS Publishing) and Nippon Camera (Nippon Camera Company) where it was highly rated, frequently being selected for monthly features judged by the likes of Ken Domon, Ihei Kimura, and Hiroshi Hamaya. When these men visited Aomori on photography tours, my father would accompany them as a guide. He was invited to Tokyo for a ‘Gathering around Ihei Kimura & Ken Domon: Top 10 Prizewinners’ Symposium as part of a feature in the January 1954 edition of CAMERA. Yet he later told me he felt he could not measure up to the other young artists there, who were engaging in high-minded debates on social issues, while he came from a poor family, lacked academic qualifications, and was only capable of taking snapshots around Aomori. And although he was making a name for himself in the photographic magazines, after a while he began to struggle to reconcile this with his main job as a newspaper photographer, and so abruptly stopped submitting his work. In other words, he decided to give up his artistic aspirations as a photographer, and to remain in Aomori. Given this, releasing my father’s work now in this way may not accord with his own wishes. Yet, the fact that the negatives remained for decades in a closet suggests that they were important to him; he could not abandon them.” — from Kanako Kudo’s afterword (included in Japanese and in English translation)

Poids 850 g
Dimensions 15.5 × 20 cm
Auteur(s)

Date d'édition

EAN

9784622090205

Editeur

Photographe

Spécifité

Ville

ISBN 9784622090205
Langue(s) anglais, japonais
Nombre de pages 432
Reliure Relié