Sophie Calle : Double jeux

79,00

Ce coffret comprend 7 ouvrages reliés : De l’obéissance, Le Rituel d’anniversaire, Les Panoplies, À suivre…, L’Hôtel, Le Carnet d’adresses, Gotham Handbook, .

Dans le livre Léviathan, Paul Auster remercie Sophie Calle de l’avoir autorisé à mêler la réalité à la fiction. Il s’est en effet servi de certains épisodes de sa vie pour créer, entre les pages 84 et 93 de son récit, un personnage de fiction prénommé Maria, qui ensuite quitte l’artiste pour suivre sa propre histoire.
Séduite par ce double, Sophie Calle décide de jouer avec le roman de Paul Auster, et de mêler, à son tour et à sa façon, réalité et fiction.
Dans Léviathan, Maria se soumet aux mêmes rituels que l’artiste. Mais Paul Auster a glissé dans le portrait de son personnage des règles du jeu de son invention. Afin de se rapprocher de Maria, Sophie Calle a décidé d’obéir au livre. L’auteur impose à sa créature un régime chromatique composé d’aliments d’une seule couleur par jour : l’artiste a suivi le même régime. Il lui fait vivre des journées entières basées sur certaines lettres de l’alphabet : Sophie Calle a fait comme elle.

De L’obéissance (Livre I) :
Le jeu consiste pour l’artiste à « obéir » aux traits non réalisés du personnage. Ainsi découvre-t-on dans le livre I des repas chromatiques et des jours en b ou en c (comme Calle). Ce même ouvrage commence par le passage référentiel du roman, avec des paragraphes encadrés qui renvoient aux autres livrets dans lesquels on découvre ou reconnaît les « épisodes de la vie’ c’est-à-dire les ceuvres de S. Calle.

Le Rituel d’anniversaire (Livre II) :
Le Rituel d’anniversaire (livre II) traduit un parti-pris d’inventaire qui rend hommage à C. Boltanski et A. Messager.

Les Panoplies (livre III) :
Ce livret s’ouvre plus largement sur cette anthropologie de la sphère privée spécifique des œuvres de Sophie Calle et qui fait de l’artiste (avec Messager) l’annonciatrice des interrogations récentes sur l’intime.

À suivre… (Livre IV) :
« Depuis des mois, je suivais des inconnus dans la rue. Pour le plaisir de les suivre et non parce qu’ils m’intéressaient. Je les photographiais à leur insu, notais leurs déplacements, puis finalement les perdais de
vue et les oubliais… » Préambule – Sophie Calle

L’Hôtel (Livre V) :
« Le lundi 16 février 1981, je réussis, après une année de démarches et d’attente, à me faire engager comme femme de chambre pour un remplacement de trois semaines dans un hôtel vénitien. On me confia douze chambres du quatrième étage. Au cours de mes heures de ménage, j’examinai les effets personnels des voyageurs, les signes de l’installation provisoire de certains clients, leur succession dans une même chambre. J’observai par le détail des vies qui me restaient étrangères. Le vendredi 5 mars 1981, mon remplacement prit fin. » Sophie Calle – Préambule

Le carnet d’adresses (Livre VI) :
La vie de Sophie et comment elle a influencé celle de Maria (livres II, III, IV, V, VI) : Ces rituels que Paul Auster m’a “empruntés” pour façonner Maria sont : la suite vénitienne, la garde-robe, le strip-tease, la filature, l’hôtel, le carnet d’adresses, le rituel d’anniversaire. Léviathan m’offre l’occasion de présenter les projets artistiques dont s’est inspiré l’écrivain et que désormais nous partageons, Maria et moi.
Ce livre VI est déployé (passe de 4 pages à 24 pages) à l’occasion de cette nouvelle édition avec des éléments inédits.

Gotham Handbook ; New York, mode d’emploi (Livre VII) :
« Manuel d’instructions à l’usage personnel de S. C. concernant la façon d’embellir la vie à New York (à sa demande). » Paul Auster

Disponible sur commande

Informations complémentaires

Photographe

Ville

Editeur

Date d'édition

Poids 1500 g
Dimensions 10 × 20 cm