Stéphane Lavoué : Les Mois Noirs

40,00

1ère édition tirée à 1 500 exemplaires.

« J’ai rencontré le Pays Bigouden quelques jours après ma compagne, Catherine.

J’avais une vingtaine d’années, nous venions à peine de décider de passer notre vie ensemble et je devais déjà partir plusieurs mois en Malaisie. Pour sceller notre toute jeune relation, elle décida de me soumettre au « test bigouden », épreuve initiatique de quelques jours, chez ses grands-parents, à Kérity.

Dès les premiers instants, je fus littéralement ensorcelé. Le sourire de sa grand-mère nous accueillant sur le trottoir, la lumière blanche aveuglante sur la façade de la maison, le plateau de langoustines fumantes sur la table du salon… puis les balades sur la grève, la silhouette du phare, les histoires de marins perdus en mer

Tout. Ma rétine a tout imprimé.

Vingt ans plus tard, nous voilà de nouveau à Kérity. Avec nos deux filles.

Après plus d’une décennie de vie parisienne, nous aspirions à de profonds changements. Nous avions tout envisagé : Rio de Janeiro, San Francisco, Montréal.

Finalement, c’est à Cap Caval, la pointe du Sud du Finistère, que nous avons décidé de nous poser.

A Kérity, dans la maison des grands-parents de Catherine.

Rapidement, ce petit territoire familier a provoqué la révolution copernicienne tant espérée. La fin des commandes parisiennes m’a permis de pratiquer une photographie plus personnelle et notre nouvel environnement est devenu ma principale source d’inspiration. Il s’agit d’essayer d’exprimer les émotions que je peux ressentir à vivre ici, sur le rebord du monde.

Je tâtonne, expérimente plusieurs formes photographiques pour échapper à l’iconographie éculée des bords de mer, bateaux et filets de pêche. Par chance, je suis trop malade en mer pour photographier à bord ! Je reste donc à quai et pousse la porte des hangars : criée, chantiers navals, forges marines, conserveries, glacière… Je découvre la filière « A terre» alimentée par les marées successives des chalutiers, ligneurs et bolincheurs. Communauté. Travail manuel. Pénibilité. Architecture économique et sociale du territoire.

Et il y a des jeunes. Ceux qui n’ont pas quitté « le pays » et s’y accrochent, viscéralement. Ils m’intriguent, je les photographie : jeune patron-pêcheur, reine des Brodeuses, meunier, écailler, surfer…pourquoi eux restent-ils alors que la majorité s’en va ? Ils me guident sur de nouveaux chemins et contribuent à compléter ma carte mentale bigoudène.

Ainsi naissent Les Mois Noirs, récit photographique de fiction, représentation intime du territoire sur lequel ma bigoudène et moi avons fait le choix de vivre. » ; en postface le texte « Penmarc’h Amas de la Vierge, Cosmos. 29760 » de Bertrand Belin, photos en couleurs.

« I encountered the land of the Bigouden only a few days after meeting my partner, Catherine.

I was in my twenties, we had just decided to spend our life together and I had already had to go to Malaysia for several months. To seal our very young relationship, she decided to submit me to the « bigouden test », an initiation ceremony of a few days, at her grandparents’ in Kérity.

From the first moment, I was literally bewitched. The smile of her grandmother welcoming us on the sidewalk, the blinding white light on the front of the house, the tray of steamed langoustines on the living room table … then the strolls on the shore, the silhouette of the lighthouse, the stories of sailors lost at sea

Everything, my retina printed everything.

Twenty years later, here we are again at Kérity. With our two daughters.

After more than a decade of life in Paris, we are yearning for profound changes. We have considered everything: Rio de Janeiro, San Francisco, Montreal.

Finally, it was at Cap Caval, the southern tip of Finistère, that we decided to settle.

In Kerity, in the house of Catherine’s grandparents.

Quickly, this small familiar territory provoked the long-awaited Copernican revolution. The end of Parisian commissions has enabled

Rupture de stock

Informations complémentaires

Etat du livre Neuf
ISBN 13 9782955241264
Photographe

Ville

Auteur(s)

Editeur

Date d'édition

Poids 650 g
Dimensions 20 × 28 cm
Nombre de pages 80 pages
Reliure Relié
Langues français, anglais