Ward Long : Summer Sublet

48,00

1ère édition tirée à 500 exemplaires.

Alice, Hannah, Sarah, Bianca et Kate vivaient dans la maison centenaire de la rue Montgomery, près de l’école d’art et du collège des femmes. Elles ont mélangé des thés et des teintures, des tissus teints dans la cour, des costumes pour les jeux d’enfants, des tatouages ​​de fin de soirée, des bijoux forgés et du cuir cousu. Elles ont lu le tarot, parlé de l’aura, tracé des horoscopes et garé leurs motos en dehors de la route en sous-sol. Elles fumaient sous le porche en sous-vêtements et portaient ce qu’elles voulaient. Cela faisait quarante-quatre colocataires depuis que la vieille famille avait déménagé.

Ward Long vivait seul. Quand il a perdu son bail au début de l’été, son amie Ara a dit qu’il pourrait y avoir une pièce ouverte sur Montgomery Street pendant quelques mois. Au début, il s’est demandé pourquoi ils l’avaient laissé vivre là-bas. Ses nouveaux colocataires avaient une proximité physique, émotionnelle et spirituelle quotidienne; c’était contagieux.

Il était épris de leurs amitiés, amoureux de leur force et de leur grâce, enchanté de tout. La maison était pleine des affaires dépareillées de tant de colocataires disparus depuis longtemps, mais finalement il s’intégra parfaitement. Quand rien ne correspond, tout appartient. Bien qu’intime et privé, Summer Sublet nous accueille dans un espace rempli de gentillesse, d’humanité, de facilité et de maîtrise de soi. Le désordre nous fait aussi de la place.

En décembre, Ara est morte avec trente-cinq autres personnes dans l’incendie de l’entrepôt du Ghost Ship. Ward écrit: «Elle m’avait fait un cadeau si formidable. À la suite de sa mort, la maison que nous avions créée les uns pour les autres semblait tellement plus précieuse et vulnérable. La maison de la rue Montgomery était un monde de soins, de force, et la tendresse, et les images de Summer Sublet permettent de voir clairement cet endroit.  »

Alice, Hannah, Sarah, Bianca, and Kate lived in the hundred-year-old house on Montgomery Street, near the art school and the women’s college. They mixed teas and tinctures, dyed fabrics in the backyard, designed costumes for children’s plays, gave each other late-night tattoos, smithed jewelry, and stitched leather. They read tarot, talked aura, charted horoscopes, and parked their dirt bikes in the basement. They smoked on the porch in their underwear and wore whatever the fuck they wanted. It had been forty-four roommates since the old family had moved out.

Ward Long used to live alone. When he lost his lease at the start of summer, his friend Ara said there might be an open room on Montgomery Street for a few months. At first, he wondered why they let him live there. His new housemates had an everyday physical, emotional, and spiritual closeness; it was infectious.

He was infatuated with their friendships, in love with their strength and grace, enchanted with everything. The house was full of the mismatched belongings of so many long gone roommates, but eventually he fit in just fine. When nothing matches, everything belongs. Though intimate and private, Summer Sublet welcomes us to a space filled with kindness, humanity, ease, and self-possession. The clutter makes room for us too.

That December, Ara died with thirty-five others in the Ghost Ship warehouse fire. Ward writes that « She had given me such a tremendous gift. In the wake of her death, the home that we had created for each other seemed so much more precious and vulnerable. The house on Montgomery Street was a world of care, strength, and tenderness, and the pictures in Summer Sublet work to see that place clearly. »

En stock

Informations complémentaires

Etat du livre Neuf
ISBN 13 9780999829875
Spécifité

Photographe

Editeur

Date d'édition

Poids 700 g
Dimensions 22 × 28 cm
Nombre de pages 80 pages
Reliure Relié
Langues anglais