Yang Seung-Woo : The Last Cabaret

Photographe Seung-Woo Yang
1ère édition tirée à 700 exemplaires. Exemplaire Signé. Après avoir reçu le 36e prix Domon Ken en 2016, Yang a continué à visiter Shinjuku pour capturer son apparence en constante évolution avec son appareil photo. Il a eu la chance de se lier d’amitié avec le propriétaire du dernier grand cabaret de Tokyo. Connu comme […]

Lire la suite

,

Rupture de stock

Être averti si le livre est à nouveau en stock



1ère édition tirée à 700 exemplaires.
Exemplaire Signé.

Après avoir reçu le 36e prix Domon Ken en 2016, Yang a continué à visiter Shinjuku pour capturer son apparence en constante évolution avec son appareil photo. Il a eu la chance de se lier d’amitié avec le propriétaire du dernier grand cabaret de Tokyo. Connu comme la légende de Kabukicho, il a permis à Yang de documenter les artistes et les clients de tous genres et âges qui se sont rassemblés dans son cabaret pendant environ un an jusqu’à ce que le cabaret doive fermer.

«Il y a environ un an et demi, j’ai rencontré M. Yoshida pour la première fois. Je connaissais le «Rotary» depuis longtemps, et j’étais certainement curieux de connaître l’endroit, mais son seuil était trop intimidant pour que je puisse y entrer. Un jour, alors que je prenais des photos de M. Takahashi, un portier dont je prends parfois des photos, il m’a dit: «Notre président serait intéressé par des choses comme celle-ci. Vient en haut.” J’avais eu l’espoir de pouvoir entrer, mais je ne m’attendais guère à le pouvoir. J’y ai rencontré son président M. Yoshida, et il m’a donné la permission de prendre des photos sans aucune hésitation. Il est une légende dans ce monde – tous ceux qui font des affaires à Kabukicho savent qui il est.

Tout à l’intérieur du club de cabaret «Rotary» avait un fort sentiment de l’ère Showa. En fait, tout le monde s’y sentait si proche, comme s’il s’agissait de mes camarades de classe. La plus ancienne hôtesse de travail avait 72 ans. Étonnamment, elle a été classée numéro un dans le club. Profondément attiré par l’endroit, j’ai commencé à visiter souvent, mais un an plus tard, on m’a dit: «Nous fermons cet endroit dans un mois.» La décision a été très soudaine. M. Yoshida disait toujours “il est temps de fermer cet endroit”, mais je m’attendais à ce que cela se produise beaucoup plus tard.

Peu de temps après la fermeture, le coronavirus a commencé à se propager et Kabukicho est devenu vide de monde. Presque personne ne se serait attendu à ce que cela se produise à la fin du mois de janvier. Bien sûr, M. Yoshida ne s’attendait pas non plus à ce que cela se produise, mais c’est probablement pourquoi il est une légende. Au départ, un club hôte établi de longue date allait déménager dans l’espace vacant, mais cela a été annulé. Le 240-tsubo vide [env. 793 mètres carrés] les locaux ressemblaient à un gymnase. ?Seung-Woo Yang

After receiving the 36th Domon Ken Award in 2016, Yang continued to visit Shinjuku to capture its ever-changing appearance with his camera. He had a chance to become friends with the owner of the last grand cabaret in Tokyo. Known as the legend of Kabukicho, he allowed Yang to document the performers and customers of all genders and ages who gathered at his cabaret for about a year until the cabaret had to close.

“It was about a year and a half ago that I first met Mr Yoshida. I had known about the “Rotary” for a long time, and I was certainly curious about the place, but its threshold was too intimidating for me to enter. One day, when I was taking pictures of Mr Takahashi, a doorman whom I sometimes take photos of, he told me, “Our president would be interested in things like this. Come upstairs.” I had entertained hopes of being able to get in, but I scarcely expected that I actually could. There I met its president Mr Yoshida, and he gave me permission to take photographs without any hesitation. He is a legend in this world—everyone who does business in Kabukicho knows who he is.

Everything inside the cabaret club “Rotary” had a strong feeling of the Showa era. In fact, everyone there felt so close, as if they were my classmates. The oldest working hostess was 72 years old. Surprisingly, she was ranked number one in the club. Deeply attracted to the place, I started visiting often, but one year later, I was told: “We are closing this place in one month.” The decision was very sudden. Mr Yoshida always used to say “it’s about time to clo

Poids 850 g
Dimensions 29 × 21 cm
Spécifité

,

Photographe

Ville

Editeur

Date d'édition

ISBN 9784905453970
Langue(s) anglais, chinois
Nombre de pages 144
Reliure Broché