Moon Sarah

Sarah Moon naît en 1941 à Vernon (Eure, France) dans une famille juive contrainte à quitter la France occupée. Elle rejoint l’Angleterre.

Sarah Moon exerce alors la profession de mannequin de 1960 à 1966 sous le nom de Marielle Hadengue, puis se tourne vers la photographie à partir de 1970, après avoir publié ses premiers clichés dans le magazine l’Express en 1967.

Elle devient célèbre pour sa campagne de publicité pour Cacharel. Dans son travail pour la mode, elle a su montrer les femmes sous un angle particulier du fait de sa relation avec les modèles dont elle a partagé l’univers pendant sa jeunesse. Les regards et les attitudes qu’elle a su capturer laissent apparaître dans ses clichés une certaine complicité qui l’a distinguée des hommes dans la photographie de mode.

Après quinze ans de travail dans la mode, répondant aux commandes de nombreuses marques telles que le magazine Vogue, les Maisons de couture telles que Chanel ou Dior, la carrière de Sarah Moon prend un tournant lorsque l’artiste décide de se consacrer davantage à une photographie plus personnelle encore, plus introspective et cette fois, purement artistique. Elle « sort » alors des studios de ses mises en scènes pour la mode, et fait de Paris son terrain de jeux, par goût dit-elle, et par « commodité »6, même si la ville n’est jamais réellement le sujet de ses photographies mais bien plus un décor méconnaissable. Ce sera d’ailleurs à cette époque qu’elle adoptera le Polaroïd noir et blanc avec négatif comme support de son expression.

Elle est exposée aux Rencontres d’Arles en 1980, 1981, 1994, 2005 et 2006.

En 2013 a lieu l’exposition « Alchimies », présentant ses photographies sur le thème de la nature, au Muséum national d’histoire naturelle (Paris).

En 2020, elle codirige avec Odile Pütz et Clara Bouveresse un triple volume consacré aux femmes photographes dans la collection Photo Poche fondée par son mari, Robert Delpire ; elle figure d’ailleurs dans cette anthologie qui regroupe 190 artistes au total.