L’invisible photographique ; pour une histoire de la photographie

Depuis les origines de la photographie jusqu’à ses développements actuels, cet essai propose une redécouverte complète de l’histoire de ce médium à partir de la clé de lecture paradoxale de l’invisible. Concrètement, la photographie est un outil de représentation qui induit un choix primordial : que voit-on dans le cadre de l’image ? Qu’est-ce qui […]

Lire la suite

22,00

Plus que 1 en stock (peut être commandé)

Depuis les origines de la photographie jusqu’à ses développements actuels, cet essai propose une redécouverte complète de l’histoire de ce médium à partir de la clé de lecture paradoxale de l’invisible. Concrètement, la photographie est un outil de représentation qui induit un choix primordial : que voit-on dans le cadre de l’image ? Qu’est-ce qui est montré ou volontairement éliminé de la scène, voire censuré ? Les photographes suggèrent le hors-champ. Ils se rendent parfois invisibles pour capter la vérité d’une situation. Ils défient les limites de la perception humaine en se faisant nyctalopes, en montrant l’envers du décor ou en dénonçant les zones volontairement dissimulées par les pouvoirs politiques. Ils nous font voir l’absence, redonnent vie à des images. Ils capturent les sentiments. À partir d’études de cas précis, il s’agit de déployer toute une typologie des formes d’invisibilité allant du non-vu qui s’applique plutôt à la technique jusqu’à l’anti-visible, lié à l’anthropologie visuelle.

Muriel Berthou Crestey, docteur en esthétique, a contribué à des programmes de recherche en histoire de la photographie et sciences de l’art au CNRS (Paris) puis a rejoint la BnF en tant que chercheuse invitée (bourse Roederer, 2014). Auteur du recueil d’entretiens intitulé Au cœur de la création photographique (Lausanne, Ides et Calendes, 2018), elle a publié de nombreux articles scientifiques.

Poids 350 g
Dimensions 15 × 21 cm
Ville

Auteur(s)

Editeur

Date d'édition

ISBN
Langue(s)
Nombre de pages
Reliure