Annemarieke van Drimmelen : Tadaima

Vendu / Sold Out

1ère édition tirée à 700 exemplaires.

Tadaima d’Annemarieke van Drimmelen (n. 1978, néerlandais) est un portrait intime de la douleur et de la beauté d’un voyage retour.

À l’âge de dix ans, Annemarieke a acquis un appareil photo pour la première fois, celui de sa mère, juste après son décès. En ramassant l’appareil photo, elle était capable de mieux percevoir sa mère en photographiant de petits moments; les mains de son père, la lumière réfléchissant sur l’eau—c’était sa façon de tenir un journal. Ces dernières années, elle a senti le besoin de revisiter cette approche de l’esprit, en capturant des moments lors de voyages à travers l’Arizona, la Californie, Paris et Amsterdam. La mémoire de sa mère est perçante dans les images, mais aussi des cactus avec des supports en bois pour qu’ils ne tombent pas, des murs, et des pierres, certains de la collection de Georgia O’Keefe, une serviette sur une plage, une vieille chaise d’un ami, femmes, hommes, vu comme procheautant que possible sur le plan photographique. Une histoire de chaleur familiale reconnaissable entrelacée avec elle-même alors qu’elle devient mère à son tour.

Le bleu était la couleur préférée de sa mère. Un bleu très foncé. En imprimant à la main des cyanotypes (ou des tirages bleus ; une technique inventée en 1800, par Anna Atkins, une botaniste britannique qui est également considérée comme la première femme photographe). Pour Tadaima, Annemarieke s’est efforcée de se rapprocher le plus possible du bleu de sa mère.

Tadaima est librement traduit du japonais comme je viens de rentrer à la maison.

Le livre contient une préface d’Annemarieke van Drimmelen, écrite expressément pour sa défunte mère.

Tadaima by Annemarieke van Drimmelen (b. 1978, Dutch) is an intimate portrait in respect to the heartache and its beauty of a journey homeward.

At age ten Annemarieke acquired a camera for the first time, her mother’s, merely after her passing. By picking up the camera she was adept to perceive her mother slightly better by photographing small moments; her father’s hands, light reflecting on the water—it was her way of keeping a diary. In recent years she felt it essential to revisit this approach of spirit, by capturing moments during travels through Arizona, California, Paris and Amsterdam. The memory of her mother is piercing in the pictures but also cacti with wooden supports so they won’t fall, of walls, and stones, some from Georgia O’Keefe’s collection, a towel on a beach, a friend’s old chair, women, men, seen as close-up as photographically possible. A narrative of recognisable familial warmth intertwining with herself becoming a mother for the first time.

Blue was her mother’s favourite color. A very dark blue. By hand printing cyanotypes (or blue prints; a technique invented in 1800’s, by Anna Atkins, a British botanist also considered the first woman photographer) for Tadaima, Annemarieke endeavoured to attain as close to her mother’s blue as she can remember.

Tadaima is loosely translated from Japanese as I just came home.

The book contains a preface by Annemarieke van Drimmelen, written expressly to her late mother.

First edition of 700 copies.

Informations complémentaires

Etat du livre Neuf
ISBN 13 9789188113306
Spécifité

Photographe

Ville

Editeur

Date d'édition

Poids 850 g
Dimensions 25 × 31 cm
Nombre de pages 80 pages
Reliure Relié
Langues angalis, allemand, espagnol