Dougie Wallace : East Ender

Photographe Wallace Dougie
Auteur Lowe Paul
L’art urbain n’était autrefois que du graffiti, signe de dégradation qui abaissait la valeur des propriétés. Avance rapide vers la transformation de l’East End de Londres et c’est devenu cool. Considéré comme «graveleux» et «avant-gardiste», le street art suscite l’intérêt pour un quartier. Remodelé et rendu acceptable, il transforme l’espace public à mesure que les […]

Lire la suite

53,00

En stock

L’art urbain n’était autrefois que du graffiti, signe de dégradation qui abaissait la valeur des propriétés. Avance rapide vers la transformation de l’East End de Londres et c’est devenu cool. Considéré comme «graveleux» et «avant-gardiste», le street art suscite l’intérêt pour un quartier. Remodelé et rendu acceptable, il transforme l’espace public à mesure que les espaces deviennent chers, à la mode et attrayants pour la classe créative émergente. Son «avantage» et son sens de «l’authenticité» deviennent un moyen d’accélérer la gentrification. Pourtant, à mesure que les prix de l’immobilier augmentent, le coût de la vie élevé exclut les artistes qui ont créé l’art ainsi que les résidents locaux. Cela n’a jamais été aussi vrai qu’à Shoreditch, à Londres, où ces images sont prises – une vitrine en plein air de l’art urbain qui génère un tourisme considérable.

Le graffiti apparaît aujourd’hui dans les galeries et les musées du monde entier. Des artistes autrefois cagoulés, cachés et nocturnes sont à l’air libre, travaillant en plein jour depuis des plates-formes et des nacelles. Commandités par des marques d’entreprise telles qu’Adidas et Gucci, ils proposent des interventions créatives dans le paysage urbain, des images pleines de fraîcheur et de richesse – dans des peintures murales destinées à devenir de la propagande Instagrammable. Dans East Ended, vous voyez tous les codes de mode et d’attitude cool, à côté de scènes de pauvreté et de gens dans la rue qui vendent tout sauf le cool. La gentrification a apporté une similitude engourdissante. Pourtant, regardez attentivement et vous apercevrez les affiches de protestation effrontées – critique politique de la résistance au changement climatique – placardées délibérément sur les annonces et les dégradant. La voix des rues reprend ses murs ; texte “The age of Shoreditchification” par Paul Lowe, photos en couleurs.

Reconnu comme l’un des principaux photographes du Royaume-Uni, Dougie Wallace a publié avec succès cinq livres précédents. Il a fait l’objet d’un documentaire de la BBC de 30 minutes dans le cadre de la série What Do Artists Do All Day et a beaucoup exposé en Europe, aux États-Unis et en Inde.

Street art was once simply graffiti, a sign of decay that lowered property values. Fast forward to the transformation of London’s East End and it became cool. Seen as ‘gritty’ and ‘edgy’, street art generates interest in an area. Refashioned, and made acceptable, it transforms public space as areas become high-priced, trendy and attractive to the emerging creative class. Its ‘edge’ and sense of ‘authenticity’ become a means to speed up gentrification. Yet as property prices rise, the high cost of living forces out those artists who created the art as well as the local residents. Never was this truer than in London’s Shoreditch where these images are shot – an open-air showcase of urban art that generates considerable tourism.

Graffiti now appears in galleries and museums worldwide. Artists who were once hoodied, hidden and nocturnal are out in the open, working in broad daylight from cherry-picker platforms. Commissioned by corporate brands such as Adidas and Gucci they offer creative interventions into the urban landscape, images of coolness and affluence – in murals destined to become Instagrammable propaganda. In East Ended you see every code of cool fashion and attitude, alongside scenes of poverty and people on the streets trading in anything but the cool. Gentrification has brought a numbing sameness. Yet look carefully and you’ll spot the cheeky protest posters – political critique to climate change resistance – purposefully plastered over and defacing the ads. The voice of the streets is reclaiming its walls.

Recognised as one of the UK’s leading photographers Dougie Wallace has successfully published five previous books. He has been the subject of a 30 minute BBC?documentary as part of the series What Do Artists Do All Day and has exhibited widely in Eur

Poids 1150 g
Dimensions 24 × 29 cm
EAN

9781911306603

Photographe

Ville

Auteur(s)

Editeur

Date d'édition

ISBN 9781911306603
Langue(s) anglais
Nombre de pages 144
Reliure Relié