Jack Latham : Sugar Paper Theories

Photographe Latham Jack
2ème édition tirée à 1 000 exemplaires.

Lire la suite

57,00

2ème édition tirée à 1 000 exemplaires.

Initialement publié en 2016, cette deuxième édition élargie coïncide avec une exposition à la Royal Photographic Society fin 2019, marquant la première présentation du projet au Royaume-Uni. Récipiendaire du Prix Bar Tur Photobook 2016 et finaliste de la première édition du PhotoBook de la Fondation Paris Photo-Aperture, la première édition s’est rapidement vendue et est apparue sur de nombreuses listes de livres de l’année. Intégrant les développements survenus dans l’affaire à la suite d’un appel interjeté en 2018 devant la Cour suprême d’Islande, cette deuxième édition présente un texte supplémentaire du témoin expert, le professeur Gisli Gudjónsson CBE, et une préface d’Erla Bolladóttir, l’une des six personnes poursuivies.

Il y a 45 ans, en 1974, deux hommes ont disparu dans des incidents distincts dans le sud-ouest de l’Islande. Les faits de leurs disparitions sont rares et souvent banals. Un jeune de 18 ans est parti d’une boîte de nuit, ivre, sur une marche de dix kilomètres à la maison dans les profondeurs de l’hiver islandais. Quelques mois plus tard, un père de famille ne revint pas d’une rencontre avec un mystérieux étranger. À une autre époque ou à un autre endroit, ils ont peut-être été enregistrés comme des personnes disparues et oubliés par tous, sauf la famille et les amis. Au lieu de cela, l’affaire Gudmundur et Geirfinnur est devenue une affaire de double meurtre notoire non résolue qui continue de secouer la société islandaise à ce jour.

Latham a photographié les lieux et les personnes qui figurent dans les nombreux récits variés de ce qui est arrivé à Gudmundur et Geirfinnur après leur disparition, ce qui a abouti à son projet Sugar Paper Theories. Passer du temps avec les suspects survivants, ainsi que les lanceurs d’alerte, les théoriciens du complot, les témoins experts et les spectateurs de l’affaire, les photos de Latham et le matériel des dossiers d’enquête de la police d’origine représentent des souvenirs réels et construits.

Dans les années 1970, les théories sur les disparitions s’attachaient aux inquiétudes de l’Islande concernant la contrebande, la drogue et l’alcool, et l’influence corruptrice du monde extérieur. Les plus hauts niveaux de pouvoir politique du pays ont été entraînés dans le complot. En fin de compte, un groupe de jeunes en marge de la société est devenu ses principaux protagonistes. Tous ont fait des aveux qui ont mené à des condamnations et à des peines d’emprisonnement. Pourtant, personne ne se souvenait de ce qui s’était passé les nuits en question.

Une enquête publique et un appel subséquent ont révélé une autre histoire, à savoir comment des centaines de jours et de nuits entre les mains d’un système de justice pénale brutal et inexpérimenté ont érodé le lien entre les souvenirs des suspects et l’expérience vécue. En septembre 2018, toutes les personnes poursuivies sauf une ont été acquittées par la Cour suprême d’Islande. La lutte pour innocenter le suspect restant des accusations de parjure dans ce crime odieux se poursuit alors que l’auteur(s) réel(s) n’a jamais été arrêté.

Le professeur Gisli Gudjónsson CBE, ancien policier et psychologue judiciaire de Reykjavik, dont le témoignage d’expert et la théorie pionnière du « syndrome de défiance de la mémoire » ont aidé à libérer les Six et Guildford Four de Birmingham, et qui a joué un rôle central dans l’enquête Gudmundor et Geirfinnur, fournit un compte rendu écrit détaillé du cas. Mis à jour depuis la première édition de Sugar Paper Theories, le texte de Gudjónsson examine l’enquête à la lumière de l’appel subséquent.

Une introduction d’Erla Bolladottir, la seule des six personnes poursuivies dont les accusations, pour parjure, restent en place, révèle de première main ce que c’était que d’avoir ses souvenirs et ses actions irrémédiablement remis en question et infiltré par ceux dont le travail est censé préserver la vérité.

Originally published in 2016, this second expanded edition coincides with an exhibition at The Royal Photographic Society in late 2019, marking the first UK showing of the project. The recipient of the 2016 Bar Tur Photobook Award and shortlisted for the Paris Photo-Aperture Foundation First PhotoBook, the first edition quickly sold out and appeared on many books of the year lists. Incorporating developments that have taken place within the case following an appeal in 2018 in Iceland’s Supreme Court, this second edition features additional text by expert witness Professor Gisli Gudjónsson CBE, and a foreword by Erla Bolladóttir, one of the six prosecuted.

Forty-five years ago in 1974, two men went missing in separate incidents in Southwest Iceland. The facts of their disappearances are scarce, and often mundane. An 18 year old set off from a nightclub, drunk, on a ten kilometre walk home in the depths of Icelandic winter. Some months later, a family man failed to return from a meeting with a mysterious stranger. In another time or place, they might have been logged as missing persons and forgotten by all but family and friends. Instead, the Gudmundur and Geirfinnur case became a notorious unresolved double murder investigation that continues to rock Icelandic society to this day.

Latham photographed the places and people that feature in the many varied accounts of what happened to Gudmundur and Geirfinnur after they vanished, resulting in his Sugar Paper Theories project. Spending time with the surviving suspects, as well as whistleblowers, conspiracy theorists, expert witnesses and bystanders to the case, Latham’s photographs and material from the original police investigation files stand in for memories real and constructed.

In the 1970s theories about the disappearances fixated on Iceland’s anxieties over smuggling, drugs and alcohol, and the corrupting influence of the outside world. The country’s highest levels of political power were drawn into the plot. Ultimately, a group of young people on the fringes of society became its key protagonists. All made confessions that led to convictions and prison sentences. Yet none could remember what happened on the nights in question.

A public inquiry and subsequent appeal uncovered another story, of how hundreds of days and nights in the hands of a brutal and inexperienced criminal justice system eroded the link between suspects’ memories and lived experience. In September 2018 all but one of those prosecuted were acquitted by Iceland’s Supreme Court. The fight to clear the remaining suspect of perjury charges in this heinous crime continues while the real perpetrator(s) has never been caught.

Professor Gisli Gudjónsson CBE, a former Reykjavik policeman and forensic psychologist, whose expert testimony and pioneering theory of ‘memory distrust syndrome’ helped free the Birmingham Six and Guildford Four, and who was central to the Gudmundor and Geirfinnur inquiry, provides a detailed written account of the case. Updated since the first edition of Sugar Paper Theories, Gudjónsson’s text examines the investigation in light of the subsequent appeal.

An introduction by Erla Bolladottir, the only one of the six prosecuted whose charges, for perjury, remain in place, reveals first-hand what it was like to have one’s memories and actions unrepentantly put into question and infiltrated by those whose job it is to supposedly preserve the truth.

Poids 950 g
Dimensions 22.5 × 31 cm
Auteur(s)

Date d'édition

EAN

9781999349424

Editeur

Photographe

Spécifité

,

Ville

ISBN
Langue(s)
Nombre de pages
Reliure