Miguel Rio Branco ; 1968-1992, Œuvres Photographiques / Photographic Works

35,00

Publié à l’occasion de l’exposition au Bal à Paris du 16 septembre au 6 décembre 2020.

Miguel Rio Branco, figure de proue de l’art contemporain brésilien, est un artiste aux multiples facettes. À vingt ans, il part étudier la photographie à New York, où l’émotion bouillonnante de la ville nourrit ses imaginations poétiques et ses premières toiles. Il vivait dans les quartiers les plus pauvres du Lower East Side, de l’East Village et du Bowery, où toutes les influences se sont réunies. Là, il se lie d’amitié avec son compatriote Helio Oiticica, ouvert aux expériences les plus radicales. Il était également en contact étroit avec les innovations d’un artiste né et élevé dans le quartier, Gordon Matta Clark, qui a fait des «coupes de bâtiment» dans des immeubles en ruine.

Plus tard, de retour au Brésil, Miguel Rio Branco a vécu dans la région nord-est du pays, avec ses prospecteurs d’émeraude, puis dans le quartier Pelourinhno de Salvador, Bahia, où des familles marginalisées et des prostituées survivent dans des logements impropres à l’habitation.

Dans sa photographie, Miguel Rio Branco capture le corps des hommes et des femmes dans toute leur gloire et leur lassitude, leur modestie et leur exhibitionnisme, avec des gros plans intentionnels, sur des arrière-plans dénués de profondeur. Son propre regard soutient ceux de ses modèles: rien n’est éludé. Ses personnages ont le dos au mur. Comme le dit l’artiste lui-même: «La photographie opprime ou asphyxie le plus souvent la réalité.

Au fur et à mesure que l’on s’approche, les images deviennent oniriques, à la limite du grotesque, et finalement débordantes, à la manière des dernières œuvres de Goya.

Le travail de Miguel Rio Branco a été décrit comme une «réalité scandaleuse». Son regard est attiré par le désastre: l’imagination n’a d’autre issue que la réalité, dans toute sa violence et son immédiateté. Les blessures sont comme des étincelles narratives, sans tête ni queue: images-poèmes des ruines du monde ; texte « Le couteau par terre / The Knife on the Ground » de Jean-Pierre Criqui, photos en n.b. et en couleurs.

Miguel Rio Branco, a leading figure in Brazilian contemporary art, is a multi-faceted artist. At the age of twenty, he went to study photography in New York, where the city’s bubbling excitement nourished his poetic imaginings and his early canvases. He lived in the poorer areas of the Lower East Side, the East Village and the Bowery, where all the influences came together. There he befriended his compatriot Helio Oiticica, open to the most radical experiments. He was also in close contact with the innovations of an artist born and bred in the neighborhood, Gordon Matta Clark, who made “building cuts” in rundown apartment blocks.

Later on, back in Brazil, Miguel Rio Branco lived in the northeastern Region of the country, with its emerald prospectors, and then in the Pelourinhno neighborhood of Salvador, Bahia, where marginalized families and prostitutes survive in lodgings unfit for habitation.

In his photography, Miguel Rio Branco captures the bodies of men and women in all their glory and their weariness, their modesty and exhibitionism, with intentional close-ups, against backgrounds devoid of depth. His own gaze supports those of his models: nothing is evaded. His characters have their backs to the wall. As the artist himself has put it: “Photography most often oppresses or asphyxiates reality.

As one moves closer, the images become oneiric, bordering on the grotesque, and finally overflowing, in the manner of Goya’s late works.

Miguel Rio Branco’s work has been described as an “outrageous reality.” His eye is drawn to disaster: imagination has no other way out than reality, in all its violence and immediacy. The injuries are like narrative sparks, with neither head nor tail: image-poems of the ruins of the world.

Disponible sur commande

Informations complémentaires

Etat du livre Neuf
ISBN 13 9782490161089
Photographe

Ville

Editeur

Date d'édition

Poids 750 g
Dimensions 19 × 26 cm
Nombre de pages 120 pages
Reliure Relié