Daido Moriyama : Record N° 44

38,00

Exemplaire Signé.

Légèrement retardé en partie à cause du coronavirus, nous venons de terminer le «Record» n ° 44. Comme on a dit aux gens de rester à l’intérieur, j’ai passé environ deux jours à végéter à la maison, et alors que tout le monde commençait à parler de «télé-travail», il Je me suis rendu compte que ce que je fais dans la vie devrait probablement être appelé «jeu de jambes».
J’ai donc attrapé mon appareil photo et – à contrecœur – mon masque facial, j’ai sauté dans un bus puis dans un train, et j’ai passé jour après jour à errer dans Nakano et dans d’autres gares de la ligne Chuo. Tout naturellement, il n’y avait que peu de monde dans les rues et la plupart des magasins avaient les rideaux fermés, alors marcher dans ces paysages ressemblait à marcher dans des décors de cinéma ouverts. Cela avait un certain attrait en soi, alors j’ai continué à shooter comme d’habitude. Et ce faisant, une chose que j’ai réalisé – ou plutôt, qui m’est revenue à l’esprit – au cours de mes observations minutieuses, c’est que chaque fois que quelque chose de grand se produit, le monde entier est bouleversé aussi facilement qu’un simple geste de la main. Comme je fais habituellement mes séances de photos en me mélangeant à la foule de la ville, je n’ai pas vécu tout cela sans un sentiment de perplexité quelque peu insatisfaisant au début, mais bientôt le photographe en moi a sauté et a déclaré que tout allait bien comme c’était le cas, et que je devais capturer ces choses aussi, donc d’une certaine manière, mon esprit avait également basculé. Je suppose que c’est ainsi que j’ai réagi à cet aperçu d’anomalie qui s’était faufilé dans ma routine quotidienne. Bien que je ne sache pas quand et sous quelle forme je pourrai montrer les photos qui en résultent, pour l’instant, voici un volume de « Record » qui contient une sélection de photos prises peu de temps avant et jusqu’au moment où l’agitation à propos de coronavirus a commencé. – Postface de Daido Moriyama

Slightly delayed due in part to the coronavirus, we just completed « Record » No. 44. As people were told to stay inside, I spent about two days vegging out at home, and while all the world started talking about “telework,” it occurred to me that, what I’m doing for a living would probably have to be called “footwork.”
So I grabbed my camera and – very reluctantly – my face mask, jumped on a bus and then a train, and spent day after day wandering around Nakano and other stations on the Chuo Line. Quite naturally, there were only few people in the streets, and most shops had their shutters down, so walking through these sceneries felt in a way like walking through open movie sets. This had a special kind of appeal by itself, so I went on clicking away as usual. And while doing so, one thing that I realized – or rather, that sank into my mind once again – during my careful observations was that, whenever something big happens, the whole world is turned upside down as easily as a flip of the hand. As I usually go on my photo shooting sprees while mixing with the crowds in the city, I didn’t experience all that without a somewhat unsatisfying sense of bewilderment at first, but soon the photographer in me jumped up and declared that it was fine as it was, and that I should be capturing these things too, so in a way, my mind had flipped over as well. I guess this is how I responded to that glimpse of abnormality that had sneaked into my daily routine. While I don’t know when and in what form I will be able to show the resulting photographs, for now, here is a volume of « Record » that contains a selection of pictures taken shortly before and up to the time when the fuss about corona started. – Afterword by Daido Moriyama

Plus que 1 en stock

Informations complémentaires

Etat du livre Neuf
Spécifité

Photographe

Ville

Editeur

Date d'édition

Poids 500 g
Dimensions 21 × 28 cm
Reliure Broché
Langues japonais