Issei Suda : The Journey to Osorezan

Photographe Suda Issei
Osorezan est un endroit situé dans la partie la plus au nord de Honshu, l’île principale du Japon. Le nom se traduit littéralement par «La Montagne de la Peur», et autour d’elle, il y a des zones appelées en fait «Enfer» et «Lac de Sang». C’est un endroit riche en mythologie et en signification folklorique, […]

Lire la suite

Rupture de stock

Être averti si le livre est à nouveau en stock



Osorezan est un endroit situé dans la partie la plus au nord de Honshu, l’île principale du Japon. Le nom se traduit littéralement par «La Montagne de la Peur», et autour d’elle, il y a des zones appelées en fait «Enfer» et «Lac de Sang». C’est un endroit riche en mythologie et en signification folklorique, et on dit qu’il est la porte des enfers. Des flaques de liquides étrangement colorés bouillonnent de gaz toxiques, des ruisseaux peu profonds d’eau jaune jalonnent les sentiers gris, et tout au long de l’année, la piqûre d’acide sulfurique et un silence inquiétant règnent sur l’endroit. Tous ceux qui le font doivent traverser la rivière Sanzu locale, et les enfants qui meurent avant leurs parents sont condamnés à construire des cairns ici pour l’éternité.

Mais vous ne le sauriez pas d’après les photos du livre d’Issei Suda «Le voyage vers Osorezan», car sa photographie ne concerne pas principalement la nature mais les personnes et les traces qu’elles laissent dans le monde – tant au sens physique que psychologique. . Dans la postface du livre, Suda explique les circonstances dans lesquelles les photos ont été prises au début des années 1970. Conduit à l’origine vers Osorezan par curiosité naïve et juvénile, le lieu a acquis au cours de ses nombreuses visites une signification plus profonde – peut-être spirituelle – pour lui.

Les photos du livre sont peut-être représentatives des transformations que Suda a dû subir lors de son voyage vers la montagne. Alors que la première partie du livre présente principalement des scènes et des personnages civilisateurs, parfois souriant à la caméra, l’ambiance devient de plus en plus contemplative. Le cliché occasionnel et magnifiquement composé de la nature fait son apparition parmi les scènes de personnes errantes ou au repos. Ce n’est pas un livre sombre, mais qui n’a pas non plus peur d’accepter la vie sans illusions.

Suda est un maître de l’utilisation de la lumière à son avantage, et les photos du livre, bien que jamais totalement abstraites, jouent toujours avec des éléments du surréel. Cet effet est favorisé par la nature monochrome des images et leur très fort contraste. La lumière est blanche, l’obscurité est noire. Et une infinité de gris entre eux.

The Journey to Osorezan, publié en 2013 par Zen Foto Gallery, se compose de 65 tirages de haute qualité et d’un essai de l’auteur en japonais et en anglais.

Osorezan is a place in the Northern-most part of Honshu, Japan’s main island. The name literally translates to “The Mountain of Fear”, and surrounding it, there are areas actually called “Hell” and “Lake of Blood”. It is a place rich in mythology and folklore meaning, and said to be the gate to the underworld. Puddles of strangely coloured liquids bubble with toxic gases, shallow streams of yellow water line the grey footpaths, and all throughout the year, the sting of sulphur acid and an eery silence lie over the place. Everyone who does must cross the local Sanzu river, and children who die before their parents are condemned to build cairns here for eternity.

But you wouldn’t know this from the photos in Issei Suda’s book “The Journey to Osorezan”, because his photography is not concerned primarily with Nature but with people and the traces they leave in the world – both in the physical and the psychological sense. In the afterword to the book, Suda explains the circumstances in which the photos were taken in the early 1970s. Originally lead towards Osorezan out of naive, youthful curiosity, the place has during his many visits gained a deeper – maybe spiritual – meaning for him.

The photos in the book are perhaps representative of the transformations Suda must have undergone when journeying to the mountain. While the first portion of the book predominantly features civilisatory scenes and people, sometimes smiling at the camera, the mood grows increasingly contemplative. The occasional, beautifully composed shot of nature makes an appearance amongst scen

Poids 900 g
Dimensions 22 × 25 cm
Photographe

Ville

Editeur

Date d'édition

Spécifité

ISBN 9784905453321
Langue(s) anglais, japonais
Nombre de pages 71
Reliure Coffret