Jansen van Staden : Microlight

Photographe Van Staden Jansen
1ère édition tirée à 400 exemplaires / 1st edition of 400 copies.

Winner of the Charta Dummy Award 2021 (A Photobook Festival) / Récipiendaire du Prix Charta 2021 (Festival du Livre de Photographie)

Lire la suite

45,00

,

En stock

1ère édition tirée à 400 exemplaires / 1st edition of 400 copies.
Winner of the Charta Dummy Award 2021 (A Photobook Festival) / Récipiendaire du Prix Charta 2021 (Festival du Livre de Photographie)

« Après la mort de mon père en 2011, j’ai découvert une lettre, écrite à son psychothérapeute, au sujet de son séjour sur une zone de conflit frontalier. Il a consacré sa vie à des projets durables et à l’éducation dans les pays africains, et ce que j’ai lu dans la lettre m’a pris par surprise.

Ce n’était pas l’homme que je connaissais.

La lettre décrivait en détail les incidents horribles auxquels il a participé, alors qu’il avait 17 ans.

Un paragraphe de la lettre me dérangeait le plus:
« … elle a déclaré que je me suis enrôlé et que j’ai fait ce que j’ai fait, parce que je voulais tuer des gens. C’est plus vrai que vrai. »

Des questions ont commencé à me harceler. Comment a-t-il été enrôlé? Quelle a été l’influence du régime d’apartheid et de ses idéologies sur la famille? Quelles circonstances pourraient amener un garçon de 17 ans à avoir une telle intention meurtrière? D’où vient toute cette violence?

Au cours de ce voyage, j’ai découvert à quel point ma vie a été influencée par le traumatisme de mon père. Comment les frères et sœurs de mes pères sont encore affectés par les idéologies de leur père. Des générations de traumatismes, transmis par ignorance, même à travers nos gènes. On dit que ma génération est la première d’Afrique du Sud à ne pas vivre la guerre. Nous avons la possibilité et la responsabilité d’observer tout cela en nous-mêmes. De nous assurer que cela ne continue pas.
Après la guerre, mon père s’est retourné contre tout ce qu’il savait. Il a quitté son père et sa famille. Il avait soif de détermination. Il voulait tellement se libérer de ses ombres. Mais les conséquences de ses actions l’ont hanté toute sa vie. Il a fait de son mieux pour le cacher à ses enfants et à ses femmes. Finalement, il est passé entre les mailles du filet.

Microlight est une collection d’anecdotes. Et en racontant ces histoires, j’espère ouvrir cette discussion. J’aspire à la guérison. Je veux comprendre, pour pouvoir accepter, et passer à autre chose. » -Jansen van Staden

Microlight est simplement un essai photographique.

Malgré le fait que toutes les images sont soigneusement ordonnées et exposées afin de dévoiler, dans une progression très sensible et subtile dans l’histoire. On est frappé par le récit derrière les images et la manière dont Jansen van Staden a réussi à transformer une quête très personnelle en un livre qui peut être compris par n’importe qui.

Je vois son projet comme une histoire familiale et surtout comme une psychanalyse personnelle. C’est un processus qui combine la mémoire et l’investigation. Il y a toujours des choses que nous ne savons pas sur nos parents, sur nos familles qui, parfois, devraient rester inconnues.

Mais malgré toutes les opportunités, Jansen Van Staden a décidé d’ouvrir la boîte de Pandore parce qu’il y a toujours un moment où savoir est mieux que de prétendre ne pas savoir. C’est comme si Télémaque s’était embarqué dans le voyage afin de combler les lacunes dans sa connaissance de la vie de son père.

Ulysse avait fait beaucoup de choses pendant son Odyssée.

Des choses dont un fils ne devrait pas nécessairement être informé, mais qui constituent en même temps, sa voie de sortie ; la clé manquante pour son propre développement.

Jansen Van Staden a soigneusement rassemblé les éléments d’un puzzle qui ne sera jamais terminé.

Ces éléments apparaissent devant nos yeux comme des ruines, des restes sur lesquels on devrait essayer de reconstruire una propre histoire. Avec l’aide de micro lumières fragiles qui pouvaient disparaître à tout moment. Finalement, le voyage en valait la peine. L’histoire se tient en elle-même, esthétiquement et, devrais-je dire, philosophiquement.

Cela montre que la vérité ne rime pas nécessairement avec réconciliation.

Peut-être un pardon posthume. -Simon Njami

“After the death of my father in 2011, I discovered a letter, written to his psychotherapist, about his time in the Border War. He dedicated his life to sustainable projects and education in African countries, and what I read in the letter took me by surprise.

It was not the man I knew.

The letter detailed horrific incidents he took part in, as a 17 year old boy.

One paragraph from the letter, bothered me the most:
“…she stated that I joined and did what I did, because I wanted to kill people. It is truer than true.”

Questions started harassing me. How was he raised? What influence did the apartheid regime and it’s ideologies, have on the family? What circumstances could lead a 17 year old boy, to have such murderous intent? Where does all this violence stem from?

Through this journey, I discovered just how much my life has been influenced by my fathers’ trauma. How my fathers’ siblings are still affected by the ideologies of their father. Generations of trauma, ignorantly passed on, even through our genes. It is said, that my generation, is the first of South Africans not to experience war. We have the opportunity and the responsibility to observe all this within ourselves. To ensure that it does not continue.
After the war, my father turned against everything the knew. He left his father, and family. He craved resolve. He wanted so badly, to be free from his shadows. But the consequences of his actions haunted him his whole life. He tried his best to keep it from his children, and his wives. Ultimately, it slipped through the cracks.

Microlight is a collection of anecdotes. And through telling these stories, I hope to open this discussion. I yearn for healing. I want to understand, so that I can accept, and move on.” -Jansen van Staden

Microlight is merely a photographic essay.

Despite the fact that all the images are carefully carved and displayed in order to unveil, in a very sensitive and subtle progression within the story, one is struck by the story behind the images and the manner into which Jansen van Staden has managed to transform a very personal quest into a book that can be understood by anyone.

I see his project as a family and above all, a personal psychoanalysis. It is a process that combines memory and investigation. There are always things we don’t know about our parents, about our families that, at times, should remain unknown.

But despite all odds, Van Staden has decided to open Pandora because there is always a moment when knowing is better than pretending not to know. It is as if Telemaque would have embarked in the journey of trying to fill the gaps in his knowledge of his father’s life.

Ulysses had done a lot of things during his long Odysseus.

Things that a son should not necessarily be informed of but that constitute at the same time, his way out; the missing key for his own development.

Van Staden has carefully gathered the elements of a puzzle that will never be completed.

Those elements appear before our eyes as ruins, remains upon which one should try to rebuild a story of his own. With the help of fragile micro lights that could vanish at any moment. In the end, the journey was worth the pain. The story stands on its own aesthetically and, should I say, philosophically.

It shows that truth does not necessarily rhyme with reconciliation.

Maybe a posthumous forgiveness. -Simon Njami

Poids 1000 g
Dimensions 21.5 × 28.5 cm
Date d'édition

EAN

9788894634839

Editeur

Photographe

Spécifité

,

Ville

ISBN 9788894634839
Langue(s) anglais
Nombre de pages 156
Reliure Relié