Cyrus Cornut : Chongqing ; Sur les quatre rives du temps qui passe

Photographe Cornut Cyrus
Le Prix HSBC pour la Photographie accompagne chaque années 2 photographes lauréats, n’ayant jamais publié d’ouvrage monographique, dans la production d’une exposition itinérante accompagnée d’une aide à la production ; préface de Sylvie Hugues, photos en couleurs.

Lire la suite

30,00

Disponible sur commande

Le Prix HSBC pour la Photographie accompagne chaque années 2 photographes lauréats, n’ayant jamais publié d’ouvrage monographique, dans la production d’une exposition itinérante accompagnée d’une aide à la production ; préface de Sylvie Hugues, photos en couleurs.

Agriculture urbaine et urbanisation. District de Nan’an, Chongqing. Chine, Décembre 2017.

La municipalité de Chongqing malgré son très fort développement comporte encore une des populations les plus pauvre et paysanne de la Chine. Ayant accueillie un grand nombre des déplacés du barrage des trois gorges, la culture du maraichage se maintient partout sur les moindres parcelles de la ville en attendant l’avancé inexorable de l’urbanisation

Municipalité de Chongqing, République Populaire de Chine, 34 millions d’habitants.
L’une des plus fortes croissances démographiques et économiques mondiales.
L’agglomération centrale de 15 millions d’âmes se voit perfuser de près de 300 000 nouveaux arrivants chaque année.
Chongqing, la « ville Montagne », sillonnée par le fleuve Yangtsé et la rivière Jialing, peine à percer l’épais brouillard qui la recouvre toute l’année.

“Héritière des déplacés du barrage des Trois-Gorges et fille des autorités pékinoises qui l’ont élevée au rang de municipalité au même titre que ses grandes sœurs de la côte Est, Chongqing s’est développée à une vitesse vertigineuse. Formes urbaines et infrastructures ont jailli défiant la gravité, épousant les reliefs de ses quatre rives escarpées et gravées par ses cours d’eau. La vitesse de l’urbanisation a pris de haut le temps lent des pêcheurs, de l’érosion des fleuves, de l’éclosion puissante des montagnes.
La danse ininterrompue des grues et des pelleteuses empile les hommes avec une rapidité déconcertante. Plus aucun obstacle n’empêche les tours de s’élancer. Elles se reproduisent presque à l’identique, comme des métastases. Les réseaux de transport traversent les eaux, transpercent les roches, gravissent les coteaux, faisant fi de la puissance des éléments. Le fleuve est devenu l’artère qui fait battre un cœur économique résolument tourné vers la conquête économique de l’Ouest par la nouvelle route de la soie. Seules les rives, quasi sauvages, résistent et s’allient aux caprices du Fleuve. Des hommes assis sur ses berges regardent ses méandres et leurs horizons s’obstruer et ses flancs s’épaissir. Ils cultivent encore, ici et là, quelques jardins nourriciers en attendant avec fatalité que les derniers bouts de terres nues disparaissent.” -Cyrus Cornut

Photographe, architecte de formation, le travail de Cyrus Cornut s’oriente en premier lieu sur la ville, sa plastique, ses évolutions, ses traces, ses vides, et sur les comportements humains qu’elle induit.
En 2006, son premier travail sur les villes chinoises est exposé aux Rencontres d’Arles sous la direction artistique de Raymond Depardon. Il sera membre de l’agence coopérative Picturetank qu’il intègre en 2007, jusqu’à sa fermeture en 2017.
En 2010, avec le groupe France14, il expose « Voyage en périphérie », travail sur les paysages de logements de masses en Île-de-France.
A partir de 2011, ses recherches s’orientent également sur la place du végétal dans le paysage urbain, mais aussi vers le paysage rural. Ainsi naît “Le voyage d’Alberstein” travail de collaboration qui tente la synthèse entre différents questionnements sur l’humain, son environnement naturel, planifié ou relationnel et le cadre temporel dans lequel il évolue.

Il développe aujourd’hui un travail à la chambre 4×5 qui lui permet de poser un regard lent sur les évolutions urbaines, en Asie, comme en France, ainsi qu’une écriture davantage plastique mêlant dessin, gravure et photographie. Son travail est exposé en France et à l’étranger.

Urban agriculture and urbanization. Nan’an District, Chongqing. China, December 2017.

Despite its rapid growth, Chongqing still has one of the poorest peasant populations in China. Having taking in a large number of people displaced by the Three Gorges Dam, market gardens are everywhere on the smallest plots of land in the city, until the inevitable growth of urbanization reaches them.

Poids 600 g
Dimensions 19.5 × 24.5 cm
Auteur(s)

Date d'édition

Editeur

Photographe

Spécifité

Ville

ISBN 9782365112925
Langue(s) français, anglais
Nombre de pages 101
Reliure Relié