Daido Moriyama : Record N° 56

Photographe Moriyama Daido
Exemplaire Signé / Signed Copy.

Lire la suite

40,00

En stock

Exemplaire Signé / Signed Copy.

“Sur la rue principale en face de la gare de Yokosuka sur le Keihin Kyuko, il y a un quartier de divertissement connu sous le nom de « Wakamatsu Market », qui a conservé une grande partie du bon vieux style Showa. Comme j’ai actuellement d’autres affaires dans la région, je me promène dans les rues de Yokosuka assez fréquemment ces jours-ci, et j’ai réalisé que j’ai visité le marché de Wakamatsu pour la première fois depuis que je me suis promené ici il y a plusieurs années pour prendre des photos pour un numéro précédent de Record. Une fois que je me suis glissé dans les ruelles de la région, il y avait une odeur dans l’air qui me rappelait le « Golden-gai » de Shinjuku. C’est une odeur que j’aime, un environnement dans lequel mon corps semble se sentir à l’aise, donc chaque fois que je le traverse maintenant, je ne peux pas le faire sans appuyer plusieurs fois sur l’obturateur de mon appareil photo. D’autre part, cependant, la rue commerçante Dobuita-dori qui a été synonyme de Yokosuka plus que tout autre endroit, et où je traînais pour prendre des photos autour de l’horloge pour ainsi dire, s’est transformée en un endroit que je trouve maintenant complètement ennuyeux. Non pas que le quartier ait complètement changé. Même les célèbres boutiques de vestes « sukajan » sont toujours là. C’est l’atmosphère dans les rues, les gens que je rencontre ici maintenant, la façon dont tout sent, qui est si différente maintenant. Je sais qu’il est inutile de s’attendre à ce que tout soit comme je m’en souviens en parcourant les rues que j’ai identifiées à Yokosuka il y a environ 60 ans. Néanmoins, je me demande où dans le monde ces paysages nocturnes uniques, ces dames qui se promènent dans les rues sombres avec les soldats américains, ont tous disparu. Évidemment, les choses changent avec le temps, l’âge et les générations, et le Sénat ne fait pas exception. Mais en même temps, il y a ces choses qui me rappellent le Yokosuka que je connais si bien : la zone autour de la station sur la ligne Yokosuka, la mer que l’on pouvait voir depuis la station Shiori, les navires et les grues sur la base militaire…

Je me retrouve donc à parcourir ce quartier avec un sourire ironique. Se pourrait-il que Yokosuka soit le point de départ de ma carrière de photographe, et où s’arrête-t-elle ? Pas question! Allez Daido, tu as du travail!

Mais j’aime bien, Yokosuka. » – postface de Daido Moriyama

“Off the main street across from Yokosuka station on the Keihin Kyuko, there is an entertainment district known as “Wakamatsu Market,” that has retained much of the good old Showa flair. As I currently have some other business in the area, I’m walking the streets of Yokosuka quite frequently these days, and realized that visited Wakamatsu Market for the first time since walking around here several years ago to take photos for an earlier issue of Record. Once I slipped into the area’s back streets, there was a smell in the air that reminded me of Shinjuku’s “Golden-gai.” It’s a smell that I like, an environment that my body seems to feel comfortable in, so whenever I pass through it now, I can’t do so without repeatedly pressing my camera’s shutter. On the other hand, however, the Dobuita-dori shopping street that has been synonymous with Yokosuka more than any other place, and where I used to hang out to take pictures around the clock so to speak, has transformed into a place that I now find utterly boring. Not that the neighborhood has changed completely. Even the notorious “sukajan” jacket shops are still there. It is the atmosphere in the streets, the people that I meet here now, the way everything smells, that is so different now. I know that it’s useless to expect everything to be just as I remember it from roaming the streets that I identified with Yokosuka some 60 years ago. Nonetheless, I ask myself where in the world those unique nightly sceneries, those ladies swaggering through the dusky streets with the American soldiers, have all gone. As a matter of course, things change with the times, with age and through the generations, and this place makes no exception. But at the same time, there are those things that do remind me of the Yokosuka that I know so well: the area around the station on the Yokosuka Line, the sea you could see from Shiori station, the ships and cranes on the military base…

So I find myself scouring this neighborhood with a wry smile now. Could it be that Yokosuka is where my photographing career started, and where ends? No way! C’mon Daido, you’ve got work to do!

I like it though, Yokosuka.” – from afterwords by Daido Moriyama

Poids 500 g
Dimensions 21 × 28 cm
Date d'édition

EAN

2289499026564

Editeur

Photographe

ISBN 2289499026564
Langue(s) anglais, japonais
Nombre de pages 120
Reliure Broché