Elizabeth Waterman : Moneygame

<em><strong>1ère édition tirée à 560 exemplaires.</strong></em>

Lire la suite

45,00

,

En stock

1ère édition tirée à 560 exemplaires.

« Au cours des quatre dernières années, déclare la photographe d’art américaine Elizabeth Waterman, j’ai passé la plupart de mes samedis soirs dans des clubs de strip-tease, à photographier et à nouer des relations avec les danseurs qui y gagnent leur vie. J’ai capturé les filles grimpant au poteau, donnant des lap dances dans la section VIP, mettant des tenues scintillantes et comptant leurs dollars à la fin d’une longue nuit.

Avec la perspective unique et la compassion d’une jeune artiste féminine construisant son propre corpus d’œuvres, Waterman célèbre leur humanité et leur engagement à maîtriser leur art au service d’objectifs de vie plus vastes. Elle a pris les photos de 2016 à 2020 – principalement sur des films 35 mm et 120 mm – à Las Vegas, Los Angeles, Miami, La Nouvelle-Orléans et New York. Chaque danseur représenté a donné l’autorisation d’être photographié et publié.

Les médias populaires ont longtemps caractérisé les clubs de strip-tease comme des repaires sablonneux de mauvaise réputation. La vérité est qu’il existe de nombreuses dimensions et nuances dans la culture. Par nécessité, les danseurs exotiques sont des athlètes hautement compétitifs et des artistes accomplis. Ce sont aussi des femmes qui utilisent la profession comme une stratégie réfléchie pour rembourser leurs prêts étudiants, gagner de l’argent pour élever leurs enfants, acheter une maison ou lancer une entreprise.

Alors que les statistiques sur l’industrie du sexe sont au mieux peu fiables, celles concernant les clubs de strip-tease sont de notoriété publique. Il existe plus de 4 000 établissements de ce type aux États-Unis, générant plus de six milliards de dollars par an et offrant un salaire décent à environ 58 000 danseurs, barmans et autres employés. Des danseurs exotiques donnent des spectacles sur scène pour des clients masculins et féminins, démontrant des « trucs » sur des poteaux fixes ou rotatifs, des lap dances et des numéros dans des salles privées. Lors d’une bonne nuit, un danseur peut gagner 2 000 $ ou plus. Ils trouvent le courage de préserver et de maintenir leur dignité, et dans des moments raréfiés, ils semblent tout transcender avec une grâce éthérée et éblouissante.

Waterman déclare : « Tout d’abord, ce projet n’aurait jamais vu le jour sans la confiance et la générosité des femmes remarquables de ces images. Merci.

“For the last four years,” says American fine art photographer Elizabeth Waterman, “I have spent most of my Saturday nights in strip clubs, photographing and building a rapport with the dancers who make their livelihoods there. I’ve captured the girls climbing the pole, giving lap dances in the VIP section, putting on glittery outfits, and counting their dollars at the end of a long night.”

With the unique perspective and kindred compassion of a young female artist building her own body of work, Waterman celebrates their humanity and commitment to mastering their art in service of larger life goals. She shot the photos from 2016 to 2020 – primarily on 35mm and 120mm film – in Las Vegas, Los Angeles, Miami, New Orleans, and New York. Each dancer depicted has given permission to be photographed and published.

Popular media has long characterized strip clubs as gritty dens of ill repute. The truth is, there are many dimensions and nuances to the culture. By necessity, exotic dancers are highly competitive athletes, and consummate performers. They are also women using the profession as a well-considered strategy to pay off student loans, earn money to raise their children, buy a home, or launch a business.

While statistics about the sex industry are unreliable at best, those regarding strip clubs are a matter of public record. There are more than 4,000 such establishments in the U.S., generating more than six billion dollars annually, and providing living wages for about 58,000 dancers, bartenders, and other employees. Exotic dancers give stage shows for male and female patrons, demonstrating “tricks” on stationary or rotating poles, lap dances, and acts in private rooms. On a good night, a dancer can make $2,000 or more. They find the courage to preserve and maintain their dignity, and in rarified moments, they seem to transcend it all with ethereal, dazzling grace.

Waterman says, “First and foremost, this project would never have gotten off the ground without the trust and generosity of the remarkable women in these images. Thank you.

Poids 800 g
Dimensions 21.5 × 28 cm
Date d'édition

EAN

9789895318209

Editeur

Photographe

Spécifité

,

Ville

ISBN 9789895318209
Langue(s) anglais
Nombre de pages 132
Reliure Relié