Cyprien Clément-Delmas & Lindouhle Sobekwa : Dale Side

Le photographe français Cyprien Clément-Delmas et le photographe sud-africain Lindokuhle Sobekwa ont collaboré pour créer un portrait de Daleside, une petite banlieue afrikaner isolée au sud-est de Johannesburg. Les deux photographes se sont rencontrés dans le cadre du programme Of Soul and Joy, lancé par Rubis Mécénat à Thokoza, et se sont liés d’amitié. Les […]

Lire la suite

59,00

En stock

Le photographe français Cyprien Clément-Delmas et le photographe sud-africain Lindokuhle Sobekwa ont collaboré pour créer un portrait de Daleside, une petite banlieue afrikaner isolée au sud-est de Johannesburg. Les deux photographes se sont rencontrés dans le cadre du programme Of Soul and Joy, lancé par Rubis Mécénat à Thokoza, et se sont liés d’amitié. Les images qui en résultent fournissent un contrepoint des aspirations et de la détresse – en regardant au-delà du binaire noir / blanc profondément enraciné, ils dépeignent la pauvreté qui afflige les résidents noirs et blancs comme des membres oubliés de la société.

Depuis 2015, le photographe français Cyprien Clément-Delmas et le photographe sud-africain Lindokuhle Sobekwa collaborent pour créer un portrait de Daleside, une petite banlieue afrikaner au sud-est de Johannesburg, en Afrique du Sud.

Daleside, dans la province de Gauteng, avait autrefois une population majoritairement blanche et est isolée dans la banlieue industrielle de Johannesburg. Grâce à sa séparation, les habitants de Daleside sont de plus en plus tournés vers l’intérieur et, en une décennie, elle est devenue une ville fantôme isolée avec une population décroissante composée principalement de mineurs et de petits exploitants.

Les deux photographes se sont rencontrés dans le cadre du programme Of Soul and Joy lancé par Rubis Mécénat à Thokoza, une commune de la banlieue de Johannesburg où Sobekwa a grandi, à seulement cinq kilomètres de Daleside. Clément-Delmas et Sobekwa se sont accompagnés à Daleside où ils se sont vite démarqués et sont devenus reconnaissables dans les rues car il était rare de voir un homme noir et blanc marcher côte à côte. Ils ont eu du mal, notamment au début du projet, à accéder à des espaces personnels mais ont progressivement et patiemment construit des relations avec leurs sujets. Lorsque Sobekwa est revenu seul à Daleside, il a proposé des stratégies pour aider à établir la confiance, comme aller à l’église ou transporter un album des photographies qu’il faisait pour montrer qu’il ne voulait pas de mal. Il a fallu beaucoup de temps et d’énergie à Sobekwa pour bâtir la confiance, ce qui avait été beaucoup plus facile lorsqu’il était avec son collaborateur français blanc.

Les photographies qui en résultent fournissent un contrepoint: les images de Clément-Delmas montrent des personnages dignes dont les rêves sont en contradiction avec la réalité alors que les portraits de paysages de Sobekwa ne montrent pas une telle évasion. Au-delà du binaire noir / blanc profondément enraciné, ils dépeignent la pauvreté qui afflige les résidents noirs et blancs comme des membres oubliés de la société coincés dans une impasse. Contrairement à ses attentes quant à ce qu’il pourrait y trouver, Sobekwa s’est retrouvé face à face avec la réalité des habitants noirs et blancs éprouvant la même pauvreté à l’abri des regards des maisons bien gardées des riches. Dans Dalesidethe les images de chaque photographe sont présentées côte à côte dans un livre dépliant afin qu’elles puissent être lues individuellement ou par paires.

«J’ai visité Daleside pour la première fois lorsque ma mère y était employée comme domestique. À l’époque, la zone dominée par les blancs ressemblait à un lieu isolé, une ville fantôme. C’est un endroit avec lequel j’ai toujours eu des problèmes non résolus et une curiosité depuis ma première visite. En grandissant, la communauté a toujours été un endroit qui, selon moi, me prenait tellement – surtout ma mère – qui devait y vivre pour son travail. Quand j’étais un jeune garçon et que je suis allé lui rendre visite, on m’a refusé l’entrée à ce qui me semblait être une sorte de paradis. Revenir là-bas pour photographier était pour moi un moyen d’affronter ces sentiments et, ce faisant, j’ai réalisé que ce n’était pas ce à quoi je m’attendais ». – Lindokuhle Sobekwa

«Les familles qui restent à Daleside sont pour la plupart celles qui n’ont pas les moyens d’aller ail

Poids 700 g
Dimensions 19 × 26 cm
Photographe

,

Ville

Editeur

Date d'édition

ISBN 9781910401521
Langue(s) anglais
Nombre de pages 128
Reliure Relié