David Golblatt : Some Afrikaners Photographed

58,00

David Goldblatt a commencé à travailler sur Some Afrikaners Photographed en 1963, les photos furent publiées pour la première fois en 1975. Il avait vendu le magasin de vêtements de son père où il travaillait et était devenu photographe à temps plein. Le Parti national afrikaner au pouvoir — bon nombre de ses dirigeants et de ses membres avaient appuyé les nazis pendant la Seconde Guerre mondiale — raffermissait son emprise sur le pays face à la résistance noire. Pourtant, Goldblatt n’était pas attiré par les événements de l’époque, mais par « le lieu tranquille et banal où rien ne « se passait » et pourtant tout était contenu et immanent. » À travers ces photos, il a exploré son ambivalence envers les Afrikaners qu’il connaissait depuis le magasin de son père. La plupart, a-t-il deviné, étaient des électeurs du Parti national, pourtant il les a vus comme « des personnes austères, droites, non affectées, d’une rare générosité d’esprit et d’humour terreux. » Leur puissance et leurs contradictions l’émouvèrent et le troublèrent; leur influence envahit sa vie.

Le livre comprend un essai de l’écrivaine sud-africaine Antjie Krog : « Trois sortes d’Afrikaners nous regardent à partir de ces photographies », écrit-elle, « dont le pauvre Afrikaner est le plus obsédant – le simple qui, à la sueur de son front, mange son pain dans l’isolement. » Le critique d’art Ivor Powell dresse le bilan de la réaction indignée des médias afrikaners face aux photos qui montraient les Afrikaners ruraux à une époque où l’élite afrikaner essayait de s’établir sur la scène internationale, ainsi que sa propre réaction au livre original : «Il était presque incandescent avec la tension et la révélation, avec un sentiment d’âmes étant maintenu à l’examen, de peaux étant arrachées.» ; photos en n.b.

Goldblatt began working on Some Afrikaners photographed, first published in 1975, in 1963. He had sold his father’s clothing store where he worked, and become a full-time photographer. The ruling Afrikaner National Party—many of its leaders and members had supported the Nazis in the Second World War—was firming its grip on the country in the face of black resistance. Yet Goldblatt was drawn not to theevents of the time but to “the quiet and commonplace where nothing ‘happened’ and yet all was contained and immanent.” Through these photos he explored his ambivalence towards the Afrikaners he knew from his father’s store. Most, he guessed, were National Party voters, yet he experienced them as “austere, upright, unaffected people of rare generosity of spirit and earthy humor.” Their potency and contradictions moved and disturbed him; their influence pervaded his life.

The book includes an essay by South African writer Antjie Krog: “Three kinds of Afrikaners look out at us from these photographs,” she writes, “of which the poor Afrikaner is the most haunting—the simple one who, by the sweat of his brow, eats his bread in isolation.” Art critic Ivor Powell charts the outraged reaction of the Afrikaner media towards photos that showed rural Afrikaners at a time when the Afrikaner elite was trying to establish itself on the international stage, as well as his own reaction to the original book: “It was all but incandescent with tension and revelation, with a sense of souls being held up to scrutiny, of skins being peeled away.”

En stock

Informations complémentaires

Etat du livre Neuf
ISBN 13 9783958295513
Photographe

Ville

Auteur(s)

,

Editeur

Date d'édition

Poids 1900 g
Dimensions 26 × 28 cm
Nombre de pages 240 pages
Reliure Relié
Langues anglais