Jean-Christophe Béchet : Frenchtown #2, Port-de-Bouc (13) ; édition collector

Édition collector vendue avec un tirage signé et numéroté sur 15 exemplaires (6 tirages différents proposés, nous contacter pour connaître ceux disponibles) Livre numéroté sur 100. Pendant des années, sur la voie rapide qui me conduisait de Marseille à Arles, j’apercevais furtivement le nom de « Port de Bouc ». Ce drôle de nom avait […]

Lire la suite

, , ,

Rupture de stock

Être averti si le livre est à nouveau en stock



Édition collector vendue avec un tirage signé et numéroté sur 15 exemplaires
(6 tirages différents proposés, nous contacter pour connaître ceux disponibles)

Livre numéroté sur 100.

Pendant des années, sur la voie rapide qui me conduisait de Marseille à Arles, j’apercevais furtivement le nom de « Port de Bouc ». Ce drôle de nom avait retenu mon attention, mais je ne m’étais jamais arrêté. Sur place, j’ai essayé de faire le portrait de cette ville, d’en saisir « la peau « , une peau bronzée, burinée, fatiguée, mais aussi riche d’une histoire courte et mouvementée. Cette ville n’a peut-être pas un beau visage selon les critères touristiques communément admis, mais elle a « de la gueule », du caractère et des failles. J’ai fait l’essentiel de mes photographies à la fin de l’hiver, ma saison préférée en Provence : le soleil est là, le vent aussi, et le paysage méditerranéen possède alors une vraie épaisseur esthétique qui s’évanouit au contact de l’été et de ses ciels délavés. La ville que j’ai vue (et aimée) est celle de la vie quotidienne, celle où le temps s’étire et se dilue dans un silence assourdissant. Le défi de la photographie (du moins de celle que je pratique) est là. Ne pas illustrer une réalité que chacun connaît, éviter le piège du pittoresque mais se méfier aussi, à l’inverse, de l’esthétique du misérabilisme. Il faut trouver sa voie personnelle pour que personne ne reconnaisse Port de Bouc tel qu’il le voit lui-même mais que tous sentent qu’il y a ici dans cette séquence visuelle une petite mélodie qui a été écrite ici. Et qui n’aurait pas pu être conçue ailleurs. Nous sommes tous des voyageurs, et ici, à Port-de-Bouc, j’ai fait une belle escale… -Jean-Christophe Béchet.