Masahito Kawatei : The Voice of the Waves Through the Pines

Photographe Kawatei Masahito
Exemplaire Signé.

1ère édition tirée à 300 exemplaires.

Lire la suite

65,00

Exemplaire Signé.
1ère édition tirée à 300 exemplaires.

Le tsunami qui a frappé la région du Tohoku en 2011 a laissé de profondes cicatrices, dont certaines à des endroits pas immédiatement évidents. La série du photographe Masahiro Kawatei “La voix des vagues à travers les pins”, prise le long de la côte du Tohoku de 2013 à 2019, s’intéresse au choc durable de la catastrophe et crée un document succinct et perçant des dégâts qu’elle a causés.

L’expression japonaise « sable blanc, pins verts » est une expression poétique de la beauté d’une plage japonaise. Des pins sont plantés le long du bord de mer depuis des siècles, à l’origine pour protéger les terres agricoles côtières et les rizières. C’est un paysage familier à la plupart des Japonais, en particulier à ceux qui ont grandi près de la mer, et pour beaucoup, l’expression est liée au sentiment nostalgique de la maison.
Les photographies de Kawatei montrent les régions côtières et les plages après la catastrophe. Les quelques pins qui ont survécu au tsunami sont isolés ; ils ont l’air maladifs plutôt qu’idylliques. De simples rappels d’une beauté d’autrefois. Des années après l’événement, les cicatrices restent dans le paysage, non cicatrisées.

« Dans un endroit où il est impossible d’imaginer le paysage avant le tsunami, les pins morts et survivants se tiennent immobiles avec une présence profonde. C’est maintenant le paysage de cette région, et à moins que les gens n’apportent des améliorations, c’est l’image qui sera gravée dans l’esprit des enfants comme le paysage de leur maison. — extrait de la postface de Masahiro Kawatei

The tsunami that hit the Tohoku region in 2011 has left deep scars, some of them in places not immediately obvious. Photographer Masahiro Kawatei’s series “The Voice of the Waves Through the Pines”, taken along the Tohoku coast from 2013 to 2019, concerns itself with the long-lasting shock of the disaster and creates a succinct, piercing document of the damage it has done.

The Japanese phrase “white sand, green pines” is a poetic expression of the beauty of a Japanese beach. Pine trees have been planted along the seaside for centuries, originally to protect coastal farmland and rice fields. It is a scenery familiar to most Japanese people, especially those who grew up near the sea, and to many the phrase is tied to nostalgic feelings of home.
Kawatei’s photographs show the coastal regions and beaches after the disaster. The few pine trees that have survived the tsunami stand isolated; they look sickly rather than idyllic. Mere reminders of a beauty that once was. Years after the event, the scars still remain in the landscape, unhealed.

“In a place where it is impossible to imagine the landscape before the tsunami, dead and surviving pine trees stand still wth a profound presence. This is now the landscape of this area, and unless people make improvements, this is the image that will be engraved in children’s minds as the landscape of their home.” — from Masahiro Kawatei’s afterword

Poids 600 g
Dimensions 26 × 24.5 cm
Date d'édition

Editeur

Photographe

Spécifité

, ,

Ville

ISBN
Langue(s) anglais, japonais
Nombre de pages 74
Reliure Relié