Nick Brandt : The Day May Break

The Day May Break, photographié au Zimbabwe et au Kenya fin 2020, est le premier volet d’une série mondiale décrivant des personnes et des animaux qui ont été touchés par la dégradation et la destruction de l’environnement. Les personnes sur les photos ont toutes été affectées par le changement climatique, déplacées par les cyclones et […]

Lire la suite

68,00

En stock

The Day May Break, photographié au Zimbabwe et au Kenya fin 2020, est le premier volet d’une série mondiale décrivant des personnes et des animaux qui ont été touchés par la dégradation et la destruction de l’environnement. Les personnes sur les photos ont toutes été affectées par le changement climatique, déplacées par les cyclones et des années de sécheresse. Photographiés dans cinq sanctuaires, les animaux étaient des sauvetages qui ne peuvent jamais être ré-sauvages. En conséquence, il était sans danger pour des étrangers humains d’être proches d’eux, photographiés si près d’eux, dans le même cadre. Le brouillard sur place est le visuel unificateur, alors que nous nous trouvons de plus en plus dans une sorte de limbes, un monde autrefois reconnaissable qui s’efface maintenant. Cependant, malgré leur perte, ces personnes et ces animaux sont les survivants. Et c’est là que réside la possibilité et l’espoir ; textes d’Yvonne Adhiambo Owuor, Nick Brandt, Percival Everett.

The Day May Break, photographed in Zimbabwe and Kenya in late 2020, is the first part of a global series portraying people and animals that have been impacted by environmental degradation and destruction. The people in the photos were all affected by climate change, displaced by cyclones and years-long droughts. Photographed at five sanctuaries, the animals were rescues that can never be re-wilded. As a result, it was safe for human strangers to be close to them, photographed so close to them, within the same frame. The fog on location is the unifying visual, as we increasingly find ourselves in a kind of limbo, a once-recognizable world now fading from view. However, in spite of their loss, these people and animals are the survivors. And therein lies possibility and hope ; texts by Yvonne Adhiambo Owuor, Nick Brandt, Percival Everett.

NICK BRANDT (*1964) studied film and painting at St. Martin’s in London. He turned to photography in 2001 with his trilogy On This Earth, A Shadow Falls, Across the Ravage Land. His more recent bodies of work / books are Inherit the Dust (2016) and This Empty World (2019). He lives in California.

Fahey Klein Gallery, Los Angeles, September 2021
Atlas Gallery, London, September 2021
Oslo Negativ, Det Gamle Biblioteket, Oslo, October 2021
Edwynn Houk, New York, November 2021

Poids 1850 g
Dimensions 31 × 33 cm
Auteur(s)

,

Date d'édition

EAN

9783775750899

Editeur

Ville

Photographe

Spécifité

ISBN 9783775750899
Langue(s) anglais
Nombre de pages 168
Reliure Relié